L’État français va payer les frais d’avocat de Salah Abdeslam

JUSTICE Le suspect clé des attentats de Paris est incarcéré depuis ce mercredi à la prison de Fleury-Mérogis...

20 Minutes avec agence

— 

Frank Berton, l'avocat de Salah Abdeslam au tribunal de Paris, le 27 avril 2016
Frank Berton, l'avocat de Salah Abdeslam au tribunal de Paris, le 27 avril 2016 — MATTHIEU ALEXANDRE AFP

Salah Abdeslam sera défendu par Frank Berton, un ténor du barreau de Lille. Et, selon le journal belge Le Soir, c’est l’Etat français qui paiera pour la défense du terroriste présumé et suspect clé des attentats de Paris.

Comment ? Via le dispositif de l’aide juridictionnelle. Ce mécanisme, mis en place en 1972 en France, est soumis à deux conditions, apprend-on sur le site service-public.fr : être Français, citoyen d’un État membre de l’Union européenne ou étranger en situation régulière et percevoir moins de 1.000 euros de revenus par mois pour une couverture totale et pour une couverture partielle des honoraires ne pas dépasser plus de 1.500 euros. Une fois l’aide juridictionnelle accordée, le client a tout loisir de choisir son avocat.

>> A lire aussi : VIDEO. Qui est Frank Berton, l'avocat de Salah Abdeslam?

Avocat, huissier, expert, frais de justices et les honoraires

Salah Abdeslam, né à Bruxelles mais qui possède la nationalité française, répond à ces deux conditions et pourra donc bénéficier de cet effort de solidarité nationale, collecté via les impôts. Bilan : avocat, huissier, expert, frais de justices et les honoraires seront assurés par l’Etat, énumère France Télévisions

Et la gravité des charges qui pèsent contre le terroriste présumé n’influera en aucune manière sur son droit à cette aide juridictionnelle, rappelle Le Soir se faisant écho des déclarations de Me Franck Berton.

Salah Abdeslam est jugé « dans une démocratie »

Au journal télévisé de France 2, ce dernier avait rappelé que Salah Abdeslam était jugé « dans une démocratie ». « Et Salah Abdeslam est un homme, il a besoin de dire les choses. La justice se rend quand on comprend les choses, sinon il n’y a pas de sens aux procès, pas d’utilité pour les victimes », avait précisé le pénaliste lillois.

Me Sven Mary, l’avocat bruxellois de Salah Abdeslam, n’est pas concerné par cette mesure car il dépend du système judiciaire belge.