Loi Travail: Manuel Valls «condamne avec force les violences d'une minorité d'irresponsables»...

Social Les mobilisations à Paris et dans les grandes villes ont parfois été émaillées de heurts violents…

H.S, M.B, A.-L.B.

— 

Des policiers interpellent un manifestant à Lyon en marge de la manifestation contre la loi travail, dans le sud-est de la France, le 28 avril 2016
Des policiers interpellent un manifestant à Lyon en marge de la manifestation contre la loi travail, dans le sud-est de la France, le 28 avril 2016 — PHILIPPE DESMAZES AFP

L’ESSENTIEL

  • Selon les autorités, il y avait près de 170.000 manifestants dans toute la France contre la loi travail ce jeudi. La CGT a annoncé de son côté 500.000 manifestants
  • Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé que 124 personnes avaient été interpellées en France en marge des manifestations, et que 24 policiers ont été blessés, dont trois grièvement
  • De violents heurts ont eu lieu dans plusieurs villes françaises, avec des blessés, tant du côté des manifestants que des forces de l'ordre
  • Le projet de loi El Khomri sera débattu à partir du 3 mai

A LIRE :

22h37 : Ce live s’achève

Merci de nous avoir suivis pour ce live sur les manifestations contre la loi Travail. Pour rappel, il y avait entre 170.000 (police) et 500.000 (syndicats) manifestants dans toute la France. Des heurts ont éclaté blessant 24 policiers dont trois grièvement. Par ailleurs 124 personnes ont été interpellées. Retrouvez demain sur 20 Minutes, les suites de cette journée de mobilisation.

20h58: Michel Cadot, préfet de police de Paris, critique «les groupes de casseurs très organisés»

Lors d'une conférence de presse, le préfet de police de Paris évoque les violences dans la capitale. Après avoir loué la «retenue» des forces de l'ordre, il a critiqué la présence de «casseurs très organisés», «très méthodiques» à côté des manifestants. «Des groupes de casseurs viennent pour procéder à des violences», notamment en arrachant des pavés et du bitume pour s'en servir contre les forces de l'ordre. Le préfet a appelé les «organisateurs [des manifestations] à être plus exigeants et plus rigoureux dans leurs services d'ordre». 

20h50: Des opposants à Amiens évacués de la mairie, rapporte France Bleu Picardie

Sur Twitter, la radio France Bleu Picardie rapporte ce jeudi soir l'évacuation d'opposants à la loi travail de la mairie d'Amiens. 

Plusieurs centaines de manifestants, selon la radio, avaient investi la mairie dans l'après-midi. 

 

20h45: Sur Twitter, Manuel Valls «condamne avec force les violences d'une minorité d'irresponsables» 

Manuel Valls a condamné jeudi soir «avec force les violences d'une MINORITE d'irresponsables», après les violents affrontements qui ont émaillé les manifestations contre le projet de loi travail. Dans un message posté sur Twitter, le Premier ministre a affirmé en outre que les auteurs de ces actes «devront rendre compte devant la justice». «Soutien aux policiers», a-t-il conclu alors que trois d'entre eux ont été «très grièvement blessés» jeudi à Paris, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

20h25: Pour la ministre Laurence Rossignol, «les syndicats devraient condamner ces agissements»

Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, a estimé ce jeudi soir que «les syndicats devraient condamner ces agissements [violents]» sur BFMTV. Elle a précisé :«Nous n’interromprons pas les manifestations démocratiques mais les syndicats devraient condamner ces agissements. (...) Nous ne porterons pas atteinte aux libertés démocratiques.» Elle a de nouveau défendu le projet de loi travail: «je pense qu’elle [va passer par ce que le débat parlementaire qui est engagé est un vrai débat. (...) C’est une loi dont on a besoin, la France a besoin de réformes et donc de cette loi. »

19h23: Des objets dangereux lancés sur la police en Ille et Vilaine

Le compte twitter officiel de la Direction départementale de la sécurité publique d'Ille et Vilaine (Rennes) poste des clichés de divers objets lancés sur des policiers. Parmi eux, une bombe incendiaire...

 

19h13: Près de 170.000 manifestants en France , annoncent les autorités ce jeudi soir, 500.000 selon la CGT

Les autorités annoncent près de 170.000 manifestants dans toute la France contre la loi travail ce jeudi, quand la CGT annonce de son côté 500.000 manifestants. 

Hors de Paris, environ 209 cortèges ont réuni 155.000 manifestants, dont 15.000 jeunes, a annoncé à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. Lors de la précédente journée de mobilisation le 9 avril, 120.000 personnes avaient manifesté, dont 18.000 à 20.000 à Paris, selon les autorités. La CGT n'avait alors pas communiqué d'estimation.

19h03: «124 personnes interpellées» en marge des manifestations, annonce le ministre de l'Intérieur

Bernard Cazeneuve a annoncé ce jeudi soir que 124 personnes ont été interpellées en France en marge des manifestations. Par ailleurs, 24 policiers ont été blessés, dont trois grièvement, a-t-il précisé.

19h02 : Entre 14.000 et 15.000 manifestants à Paris, un policier grièvement blessé

La manifestation contre la loi travail a rassemblé jeudi entre 14.000 et 15.000 manifestants à Paris. Ce défilé a été émaillé de heurts au cours desquels « 300 manifestants cagoulés » s’en sont pris aux forces de l’ordre, a affirmé la préfecture de police. Deux policiers ont été blessés durant ces affrontements au niveau du pont d’Austerlitz, dont un grièvement qui a été hospitalisé. Selon la CGT, le défilé parisien a rassemblé 60.000 personnes. 

18h57: En début de soirée, des manifestants toujours sur la place de la Nation à Paris sont évacués

Des heurts ont repris sur cette place vers 18h, qui est actuellement évacuée, rapportent plusieurs journalistes sur Twitter 

 

18h53: l'Unef dénonce un «usage disproportionné de la force par la police»

Le syndicat étudiant Unef (Union Nationale des Etudiants de France) dénonce ce jeudi soir un «usage disproportionné de la force par la police». L'Unef a «exigé» l'arrêt de l'utilisation des flashballs par les forces de l'ordre : «Manifester est un droit, ça ne doit pas être une prise de risque à cause d'un usage disproportionné de la force par la police», a dénoncé son président William Martinet.

18h42: La Porsche brûlée en marge de la manifestation fait réagir Twitter

Les commentaires ont fusé autour du véhicule de luxe incendié à Nantes en marge des manifestations de jeudi

>> Lire notre article par ici

 

18h40: A Strasbourg, cette journée de mobilisation a été plutôt calme

>> A lire aussi : Loi Travail: Une manif dans le calme ou presque

 

18h07: Comme à Toulouse, Marseille, Nantes, Rennes ou Paris, la manifestation de Lyon émaillée par des violences

Entre 5.500 et 15.000 personnes ont défilé jeudi après-midi à Lyon afin de protester contrela loi Travail dans une ambiance parfois tendue. Pour lire l'intégralité du reportage de notre journaliste à Lyon, c'est ici.

18h05: Bilan de la mobilisation à Rennes, au moins 20 interpellations et des blessés

Retrouvez le compte-rendu de cette quatrième journée de mobilisation contre le projet de loi Travail par notre journaliste sur place. 

>> A lire aussi : Loi Travail: Au moins 20 interpellations à Rennes et des blessés

 

17h59 : Entre 14 000 et 15 000 manifestants à Paris selon la Préfecture

Comme d’habitude, l’écart entre les chiffres des syndicats et de la police est important. Alors que la CGT évoque 60 000 participants, la préfecture annonce entre 14 000 et 15 000 manifestants. La dernière mobilisation, le 9 avril, avait rassemblé 19 000 personnes, toujours selon la police.

17h51: La Préfecture de Police de Paris annonce qu'un policier blessé serait en urgence absolue

La manifestation contre le projet de loi travail a été émaillé de divers incidents à Paris. Plusieurs heurts ont éclaté à proximité du pont d'Austerlitz, de l'avenue Ledru-Rollin et à proximité de la place de la Nation. Deux policiers ont été blessés, dont un en état d'urgence absolue. Cinq personnes ont été interpellées. 

 

17h47: Selon la CGT, la manifestation a mobilisé 60 000 personnes à Paris

Lors de la mobilisation précédente, le 9 avril, les syndicats avaient recensé 110.000 manifestants et la police, de son côté, entre 18.000 et 20.000 personnes dans la capitale. La manifestation, la quatrième en deux mois, a été lancée par la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l'Unef, la Fidl et l'UNL.

17h42: A droite, les politiques condamnent les violences, à gauche, on salue la mobilisation

 

17h39: Deux policiers blessés à Paris et trois interpellations 

 

17h18: Les manifestants parisiens arrivent place de la Nation, dans une ambiance toujours tendue

 

17h15: 57 personnes auraient été interpellées selon la police, citée par l'AFP

La plupart ont été arrêtées à la gare Saint-Charles où des voies ont été envahies. Des incidents ont aussi eu lieu près de la place Castellane, point de rassemblement final des différents cortèges marseillais, avec des jets de projectiles de manifestants en direction des forces de l'ordre et des incendies de poubelles. 

17h05 : Selon les organisations étudiantes, il y aurait 38 blessés dont 10 graves à Rennes

Selon notre journaliste présent sur place, les organisations étudiantes auraient comptabilisé 38 blessés dont 10 graves. Le préfet devrait communiquer de plus amples informations dans les heures à venir.

16h56: Violents heurts aux abords du pont d'Austerlitz à Paris

A l'entrée du pont d'Austerlitz, sur la rive gauche de la Seine, plusieurs dizaines de manifestants ont lancé des bouteilles, des pavés et des extincteurs contre les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes. Ces incidents ont interrompu la progression du cortège, qui n'avait pas encore passé le pont, et provoqué l'arrivée de CRS en renfort.

 

16h54: Reportage de notre journaliste à Nice dans le cortège contre la loi Travail

Ce jeudi après-midi, ils étaient 7.000 selon les syndicats, 1.700 pour la police dans un cortège parti de la place Masséna pour rejoindre la gare de Nice. Lire le reportage de notre journaliste ici 

16h52 : A Strasbourg, des manifestants créent embouteillages et circulent sur les voies du tramway

 

16h35: Plus de 50 000 manifestants en France, hors Paris

C'est le premier bilan de la participation de ce jeudi contre le projet de loi travail. A Nantes, Rennes ou Lyon, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre, en marge des défilés rassemblant salariés, étudiants et lycéens, pour la quatrième journée d'action à l'appel des sept syndicats de salariés et de jeunesse mobilisés contre le texte.

16h29 : Un jeune homme touché à l’œil par un Flash-Ball à Rennes

Nos journalistes à Rennes relatent un des incidents survenus ce jeudi à Rennes en marge des manifestations : « Lors d’échauffourées sur la place de la République, un étudiant de 20 ans a été grièvement blessé à l’œil. Pris en charge par les secours rue du Colonel-Dreyfus, le jeune homme saignait abondamment. Il a pu être pris en charge par les pompiers, qui l’ont emmené au CHU Pontchaillou ».

>> A lire aussi : Loi Travail: L'étudiant blessé à Rennes pourrait perdre son œil

 

16h17: Tensions aux abords du pont d'Austerlitz à Paris

 

16h08 : Le Préfet de police de Paris a pris un arrêté pour empêcher tout cortège de quitter la place de la République ce soir dès 19h

L’information a été publiée par France Bleue qui s’est procuré le document émanant de la Préfecture de police de Paris. L’arrêté, pris par le Préfet, interdit tout cortège constitué à partir de la place de la République, et ce dès 19 heures. En cause, les débordements qui sont venus émailler la mobilisation depuis un mois. Evoquant "des raisons de sécurité", le préfet de police annonce donc l’interdiction des cortèges "constitués à partir de la place de la République" dès 19 heures et jusqu’à 7 heures. Interdiction également de diffuser de la musique et des "bruits" à partir de minuit et jusqu’à 7h.

 

15h56 : A Toulouse et Nantes, premières interpellations

A Nantes la manifestation n’a pas été interrompue par la préfecture comme à Toulouse, entre 9.000 manifestants selon la police et 20.000 selon les syndicats, ont pris part au défilé. En marge de celui-ci, des incidents ont éclaté à plusieurs endroits à Nantes. Vers 15h30, la police faisait état de huit interpellations. A Toulouse, deux personnes auraient été interpellées, une pour détention de produits stupéfiants, une autre pour « fiche de recherche ».

>> A lire aussi : Nantes: Grosses tensions en centre-ville, huit interpellations

 

15h54 : Comme lors des précédentes manifestations, les slogans anti-police retentissent

 

15h45 : Mobilisation extrêmement faible parmi les salariés de Pôle emploi

Le taux de participation au mouvement de grève national Interprofessionnel au sein de Pôle emploi était de 2,82% ce matin à 11h a fait savoir l'institution par communiqué.

 

15h30: Ambiance cocktail à la CGT

 

15h10 : La situation se tend légèrement en tête de cortège

La situation est tendue #paris #manif28avril #loitravail

A video posted by Pierre Bouvier (irl) (@pibzedog) on

 

15h03 : Le cortège parisien est un peu à la peine…

Entre les manifestants qui stagnent boulevard Arago et ceux qui n’ont pas encore décollé de la place Denfert-Rochereau, l’avancée du cortège semble compliquée

 

14h47: A Rennes et Marseille, les cortèges émaillés de violences

>> A lire aussi : Marseille: Des échauffourées à la fin de la manifestation

>> A lire aussi : Loi Travail: Des échauffourées à Rennes, un manifestant grièvement blessé à l’œil

 

14h41: La prefecture Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées arrête la manifestation à Toulouse

Après des jets de projectiles qui ont légèrement blessés deux policiers, la prefecture a décidé d'interrompre la manifestation, en accord avec les organisateurs.

 

14h32 : La manifestation serait momentanément arrêtée à Toulouse selon notre journaliste

 

14h20 : A Strasbourg, les intermittents présents à la manifestation

 

14h13: La manif parisienne débute 

 

14h10: Le ministre des transports rencontrera les organisations syndicales de la SNCF le 10 mai

 

13h30: Une quinzaine de lycées bloqués

Les préfectures font état de plus d'une quinzaine de lycées bloqués, totalement ou partiellement, à travers le pays: cinq à Nantes, cinq dans l'académie d'Aix-Marseille, cinq à Lyon, et un à Strasbourg, où des blocages d'établissement étaient prévus à la mi-journée pour «inciter» les jeunes à se joindre à la manifestation, selon Colin Jude, porte-parole du syndicat étudiants Unef dans ce département.

13h20 : Manifestation tendue à Rennes

Selon notre journaliste sur place, une caméra de vidéo surveillance a été éclatée avant les premiers tirs de lacrymogène

 

13h05: Au moins 2300 manifestants à Clermont-Ferrand

Force ouvrière avance le chiffre de 4000 participants selon une journaliste de La Montagne.

 

12h41: Faible taux de participation à la grève à la SNCF

 

12h32 : Selon Jean-Claude Mailly (FO), le mouvement de contestation ne « s’essouffle pas »

« Ça ne s’essouffle pas parce qu’il y a de vrais problèmes sur cette loi. Notamment un problème clef de l’inversion de la hiérarchie des normes », permettant que les accords d’entreprise l’emportent sur les accords de branche, « facteur d’inégalité et facteur de précarité », a déclaré sur France Info Jean-Claude Mailly.  Le secrétaire général de FO a refusé d’estimer la mobilisation attendue ce jeudi contre le projet de loi, prévoyant seulement qu’elle serait « bonne ».

12h28: A Nantes en revanche, la situation semble tendue

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se sont produits jeudi en fin de matinée à Nantes peu de temps après le départ du défilé contre la loi travail qui réunissait 8 à 9.000 personnes selon la police et plus de 20.000 selon l'intersyndicale.

 

12h17: Contrairement aux précédentes manifestations, aucun heurts n'est à déplorer pour le moment à Rennes 

 

11h57: Premières gardes à vue pour les interpellés de Saint-Denis

Toujours selon le photographe indépendant Yann Levy, les forces de l'ordre auraient relâché un grand nombre de manifestants et cinq gardes à vue seraient en cours, dont une impliquant un syndicaliste. 

 

11h46: Fin de la conférence du rapporteur Christophe Sirugue face à la presse: des points restent à « clarifier »

« Des points restent à clarifier » mais « je pense qu'on est en mesure d'avoir une majorité, sous réserve des évolutions encore possibles au cours des débats », a déclaré le député lors d'une rencontre avec les journalistes de l'information sociale (Ajis).

« Je ne suis pas en accord avec le périmètre France, et nous allons bouger », a assuré le député de Saône-et-Loire. Selon lui, « si on règle cette question, on lève déjà une ligne rouge pour beaucoup ». Les députés ont jusqu'à vendredi 17 heures pour déposer des amendements.

>> A lire aussi : Loi Travail: À quoi ressemble le texte qui sera bientôt examiné à l'Assemblée?

 

11h16 : A Rennes, le centre-ville en état de siège

Selon notre journaliste présent sur place, la police a quadrillé le centre-ville. Barrières antiémeutes et canons à eau ont été disposés en prévention à d’éventuels heurts et violences.

>> A lire aussi : Loi Travail: Le cortège s’élance à Rennes, le centre-ville se barricade

 

11h07 : En province, plusieurs cortèges ont démarré

A Paris le cortège doit démarrer à 14h mais dans plusieurs villes de province et en banlieue parisienne, les manifestants se sont élancés dès 11h. 

 

11h04: François Hollande s'exprime depuis les locaux de Thalès à Gennevilliers

 

10h53 : Un photographe live sur Periscope dans un car de CRS où ont été embarqués les manifestants de Saint-Denis

Selon un journaliste sur place, un rassemblement s'organiserait devant un commissariat de Saint-Denis

 

10h38: En Belgique, les fonctionnaires du service public manifestent en soutien avec les manifestants français

 

10h10 : Selon un journaliste de l’AFP présent à Marseille, pas de cortège commun entre la CGT et FO

On pensait la hache de guerre enterrée, ce serait loupé. Frères ennemis à Marseille depuis 1995, les syndicats FO et CGT n’ont plus manifesté ensemble. L’annonce, mercredi soir, d’un cortège commun partant du vieux port de Marseille semblait historique. Une unité qui ne semble pas être si évidente sur place souligne un journaliste de l’AFP.

 

10h05: Le député (PS) rapporteur du projet loi Travail, Christophe Sirugue, s'entretient actuellement avec une cinquantaine de journalistes

 

10h01: Selon un photographe indépendant et un élu FG présents à Saint-Denis, des interpellations auraient eu lieu ce matin

 

Plusieurs étudiants de l'université de Saint-Denis (Paris 8) et des manifestants se trouvaient ce matin devant le port de Gennevilliers à proximité du siège de l'entreprise Thalès où le Président François Hollande se trouve actuellement. 

 

9h42 : A Rennes, les devantures des banques protégées par des panneaux de bois

Afin d’éviter les dégradations, les vitrines des agences bancaires situées place de Bretagne à Rennes sont couvertes par de grands panneaux en bois. Les précédents cortèges qui ont déambulé dans la ville bretonne ont été régulièrement émaillés par des heurts et des violences. Le rassemblement qui doit débuter à 11h inquiète le préfet Patrick Strzoda

 

 

09h35: Les accès à la ville du Havre son bloqués par des centaines de syndicalistes

Les principaux accès routiers au centre-ville, la rue de Verdun et l'avenue Jean-Jaurès, sont bloqués depuis l'aube, ainsi que les quatre principaux rond-points d'accès à la zone portuaire, a indiqué à l'AFP la direction départementale de la sécurité publique. Le tunnel Jenner, qui permet de relier ville haute et ville basse, est également bloqué. Plusieurs centaines de manifestants, notamment des dockers, occupent ces barrages, a-t-on précisé de même source.

 

9h05: Des étudiants de Saint-Denis filtrent l'accès au port de Gennevilliers

Le Parisien rapporte que des étudiants de l'université de Paris 8 font un barrage filtrant au port de Gennevilliers.

 

8h49: A Paris, c'est surtout le RER B qui est touché
Le reste des lignes de RER devrait être affecté à la marge.

 

8h30: Pas de journeaux dans les kiosques
C'est un effet collatéral de la mobilisation contre la loi travail, de nombreux quotidiens ne seront pas distribués ce jeudi. Et ça ne plait pas à tout le monde, notamment à cette responsable de droite

 

8h10: A Orléans aussi ça rale
En cause un service minimum qui n'existerait pas. La gare centrale de la ville n'est pas desservie ce jeudi, il faut aller à la gare des Aubrais, en périphérie, pour avoir une chance d'avoir un train. Ce qui met très en colère le député-maire LR d'Orléans Olivier Carré: «La SNCF creuse sa propre tombe. Face à la concurrence des transports aériens, des autocars et du covoiturage, elle répond par la réduction du service rendu», ainsi que le rapporte France bleu.

 

07:50 : Le trafic également perturbé à Bordeaux

La métropole bordelaise à annoncé sur son compte Twitter que des perturbations étaient à prévoir sur le réseau de transports en commun

Toutes les prévisions sont disponibles par ici

07:30 : Les transports en commun perturbés à Nantes, des coupures de 10h à 19h

A Nantes, l’ensemble du réseau fonctionnera en horaire jaune (vacances scolaires) à l’exception de la ligne 1 du tram, de la ligne 4 du busway et de quelques lignes de bus qui circuleront normalement, indique la Semitan.

Comme lors de chaque défilé, des coupures de lignes desservant l’hypercentre sont prévues jeudi entre 10h et 19h. Pendant cette période, il n’y aura pas de tram sur la ligne 1 entre Gare Maritime et Bouffay. Idem entre 50-Otages et Pont-Rousseau (ligne 2) et entre Bretagne et Hôtel-Dieu (ligne 3).

A Nantes, « il va y avoir du monde. On attend une très forte mobilisation », assurent les syndicats. Lors de la dernière grande journée, le 31 mars dernier, au moins 12.000 personnes étaient au rendez-vous.

Le défilé partira à 10h30 du site des Machines de l’île. Il gagnera ensuite le centre-ville, du quai de la Fosse au château, passera par les rues Henri-IV et de Sully puis devant la préfecture. Le cortège reprendra le chemin de l’île de Nantes via le cours des 50-Otages. Une « agora » doit de tenir à l’issue de la manifestation, vers 12h30, sous les Nefs.

Plus d'infos ici et

07:25 : Galère dans les transports

La grève contre le projet de loi Travail conduira à des perturbations dans les transports aériens, mais aussi pour les trains et RER. Toutes les infos sont à retrouver par ici 

07:15 : Sept syndicats déterminés à maintenir la pression

Le mot d'ordre est toujours le même. Le retrait pur et simple d’une réforme perçue comme trop favorable aux employeurs, et facteur de précarité pour les salariés, notamment les jeunes.

Ils sont sept, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl, bien déterminés à maintenir la pression jusqu'au retrait d'un texte porteur, selon eux, de «régression sociale»

« Tout le monde peut venir », jeudi, y compris Nuit Debout, a déclaré Jean-Claude Mailly, le leader de FO, ajoutant : si la journée du 28 avril est « réussie, cela va peser ».

>> A lire aussi : Sans cerveau, paumés, violents... #Nuitdebout face aux préjugés

 

Nouvelle journée de mobilisation ce jeudi. Pour la quatrième fois en moins de deux mois, salariés, étudiants et lycéens sont appelés à descendre dans la rue contre le projet de loi travail. Sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) appellent à battre le pavé à travers la France et à cesser le travail contre la réforme qui sera débattue à l’Assemblée nationale à partir du 3 mai.

De nombreuses perturbations, notamment dans les transports, sont attendues dans l'ensemble de l'Hexagone. La situation est à suivre en direct tout au long de la journée avec 20 Minutes.