Somme: Un gérant d'entreprise cachait six tonnes de déchets toxiques chez lui

FAITS DIVERS Les bidons contenant notamment des composés cyanurés étaient dissimulés sous la terrasse du gérant d’une TPE soupçonnée d’être responsable d’une pollution des sols…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration produits toxiques
Illustration produits toxiques — MYCHELE DANIAU AFP

Six tonnes de déchets dangereux contenant notamment des composés cyanurés « hautement toxiques » ont été découvertes lors d’une perquisition chez le fils du gérant d’Eclachrome, TPE de 12 personnes basée à Feuquières-en-Vimeu, près d’Abbeville dans la Somme.

Le fils du gérant s’est donné la mort

François Vasseur, fils du gérant de cette entreprise qui fabrique des revêtements de pièces métalliques, s’était donné la mort jeudi dernier, mettant son geste en relation avec la procédure judiciaire ouverte par le parquet dans le cadre de cette affaire. Selon Le Courrier Picard, Eclachrome était soupçonnée d’être responsable d’une pollution des sols observée au sein du réseau communal des eaux usées.

Alors que le parquet avait ouvert une enquête en octobre 2015 pour « rechercher la source de ces pollutions », la préfecture qui avait annoncé d’une perquisition serait diligentée chez Eclachrome, ce lundi 18 avril.

L’analyse des prélèvements effectués ce jour-là, sous l’autorité du procureur que les gendarmes, assistés de techniciens de la Direction régionale de l’environnement, a « mis en évidence une pollution des sols par la présence d’arsenic et de soufre », a fait savoir ce vendredi la préfecture.

« Les gendarmes sont arrivés quinze minutes trop tard »

S’en était alors suivie une perquisition opérée au domicile de François Vasseur, au lendemain du suicide de ce dernier. Alertés par le mail funeste de l’entrepreneur accusant l’administration de persécution et qui a circulé auprès de ses connaissances, « les gendarmes sont arrivés 15 minutes trop tard », avait expliqué la procureure adjointe Anne-Laure Sandretto, samedi dans les colonnes du Courrier Picard.

Et ce sont donc 170 bidons de 25 litres, représentant « six tonnes de déchets dangereux contenant notamment des composés cyanurés », qui étaient découverts

sous la terrasse de François Vasseur.

Pas de souci « s’il n’y a pas eu de contact direct »

Le préfet de la Somme Philippe De Mester « a aussitôt mis en place les mesures administratives propres à garantir en urgence la santé tant des habitants que des employés face à cette pollution par des produits hautement toxiques, avec des conséquences irréversibles sur la santé humaine », a fait savoir la préfecture.

Dans ce communiqué il était également question des « dispositions prises par les services de l’Etat pour mettre en sécurité le site industriel, comme le pavillon » du fils du gérant, « et ainsi éviter toute nouvelle pollution ». Le principal risque concernerait les ouvriers travaillant sur le site, a souligné la préfecture, précisant qu’il n’y avait pas de souci « s’il n’y a pas eu de contact direct » entre des personnes et les produits dangereux.