Pour lutter contre les crottes à Béziers, Robert Ménard veut ficher l'ADN des chiens

ENVIRONNEMENT Les maîtres pourront être verbalisés, même lorsqu’ils ne sont pas pris en flagrant délit…

20 Minutes avec AFP

— 

Robert Ménard.
Robert Ménard. — N. Bonzom / Maxele Presse

Ça n’est pas une blague ! Robert Ménard a décidé de s’attaquer à un problème qui empoisonne sa commune : les crottes de chien. Le maire de Béziers a en effet annoncé ce vendredi vouloir lutter contre les déjections canines en fichant les chiens de sa ville via des prélèvements ADN. L’objectif ? Verbaliser les maîtres, même lorsqu’ils ne sont pas pris en flagrant délit.

Les policiers municipaux de la brigade environnement, qui va voir le jour dès lundi, réaliseront eux-mêmes les prélèvements sur le terrain. Ils les enverront ensuite au laboratoire bordelais Animagene, spécialisé dans l’analyse génétique animale avec qui la ville va signer un contrat forfaitaire de 50.000 euros pour une année.

>> A lire aussi : Une société bordelaise déclare la guerre aux crottes de chien grâce à l'ADN

Une amende de 38 euros

Concrètement, chaque propriétaire de chien sera invité à aller chez son vétérinaire, qui réalisera le prélèvement. Celui-ci sera retourné au laboratoire qui attribuera un numéro à chaque animal. Seul un service de la mairie de Béziers connaîtra le nom des propriétaires des animaux.

>> A lire aussi : Des tests ADN en Espagne sur les crottes de chien pour traquer les propriétaires?

Chaque propriétaire de chien devra ensuite se déplacer dans la zone concernée avec les papiers de son animal pour répondre à tout contrôle. Si le propriétaire du chien refuse les prélèvements ou bien n’a pas de carte de « circulation », il s’exposera à une amende de 38 euros.

« C’est une première en France, a assuré le maire de Béziers Robert Ménard, mais pas en Europe. Des villes en Espagne et en Italie ont mis en place ce système et le volume des déjections canines y a considérablement diminué ».