Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
POLITIQUEValérie Trierweiler dément les anecdotes racontées dans «Elysée Off»

Valérie Trierweiler dément les anecdotes racontées dans le livre «Elysée Off»

POLITIQUE
L’ex-Première dame a réfuté toutes ces accusations sur Twitter, et appelle François Hollande à en faire de même…
Valérie Trierweiler à Paris en décembre 2015
Valérie Trierweiler à Paris en décembre 2015 - Esteban/SIPA
Hakima Bounemoura

Hakima Bounemoura

Sorti ce jeudi 20 avril, le livre « Elysée Off » fourmille de petites anecdotes sur la vie quotidienne du chef de l’Etat. Les journalistes Aziz Zémouri et Stéphanie Marteau, auteurs de l’ouvrage, racontent ainsi les petits caprices de Valérie Trierweiler, l’ex-Première dame lorsqu’elle était encore locataire de l’Elysée.

Un coiffeur personnel payé 8.000 euros par mois

Alors que le président François Hollande avait décidé de faire des économies à son arrivée à l’Elysée, on apprend que son coiffeur personnel, lui, n’aurait pas été mis à la diète. Les journalistes Aziz Zémouri et Stéphanie Marteau révèlent en effet que le coiffeur « présidentiel », Olivier Benhamou, aurait été rémunéré 8.000 euros par mois pour « jouer à toute heure des ciseaux et du fer à lisser ».

« C’est aberrant, car à la différence de la maquilleuse, il n’est pas là tout le temps », s’était alors offusqué un ancien membre du service de presse, cité par Closer.

Face à ces accusations, Valérie Trierweiler a immédiatement répliqué sur Twitter, arguant que ces déclarations étaient bien évidemment fausses, et réclamant surtout un démenti de l’Elysée.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Valérie Trierweiler aurait cherché à évincer le chauffeur de François Hollande

Autre accusation, cette fois un peu plus grave. Dans « Elysée Off », les journalistes racontent comment Valérie Trierweiler aurait tenté d’évincer le chauffeur de François Hollande. Sentant que son couple était de plus en plus fragile, l’ex-compagne du président était devenue très jalouse. « Elle me soupçonnait d’être fidèle à François au point de refaire avec une autre tout ce que j’avais fait pour leur couple, comme mentir à Ségolène », raconte le chauffeur.

Là encore, l’ex-Première dame est montée au créneau sur Twitter, déclarant que le chauffeur en question n’était plus en poste depuis 2008…

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Sujets liés