Le thon en boîte contient du poison, selon «60 Millions de consommateurs»

CONSOMMATION L’association de consommateurs a analysé près de 130 produits à base de poisson consommés régulièrement, et le résultat n’est pas ragoûtant…

H. B.

— 

Une boîte de thon peut réserver bien des surprises...
Une boîte de thon peut réserver bien des surprises... — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

Mercure, arsenic, fragments de cœur et d’ovocytes… C’est ce qu’a retrouvé le magazine 60 Millions de consommateurs en analysant 15 boîtes de thon de marques différentes. De quoi être écœuré de manger du poisson !

Dans une enquête à paraître ce jeudi, l’association de consommateurs a passé au crible près de 130 produits à base de poisson consommés régulièrement comme le thon en boîte, le surimi ou les sushis. Et la conclusion qui en ressort, c’est que « tout n’est pas bon dans le poisson ».

Les marques distributeurs offrent une meilleure qualité

Parmi les 15 boîtes de thon analysées, toutes, sans exception, contiennent du mercure et de l’arsenic à des doses très variables. C’est la conserve de thon de la marque distributeur Leader Price qui s’en sort le mieux. En revanche, carton rouge pour les marques Petit Navire, Capitaine Nat et Odyssée qui dépassent la moitié de la valeur réglementaire en ce qui concerne la concentration de mercure. L’arsenic présent dans la plupart des conserves analysées atteint même 1,7 mg/kg chez Capitaine Nat’, un taux près de six fois plus élevé que dans le produit Carrefour.

>> A lire aussi : Pêche au thon, le Top 10 des conserves éthiques, selon Greenpeace

Moins dangereux, mais tout aussi écœurant, les boîtes de thon contiennent aussi des éléments d’organes du poisson. Les marques Saupiquet, Pêche Océan (marque repère E. Leclerc) et Casino présentent ainsi des fragments de cœur. Des traces d’ovocytes ont également été détectées dans le thon de la marque Cora.

Des progrès pour le surimi et les sushis

Bon point en revanche pour le surimi. « On constate que certaines marques ont fait de gros efforts avec des produits avec moins d’additifs et au moins 50 % de poissons dedans. En revanche parmi les produits les moins chers, certains sont catastrophiques avec d’une part moins 20 % de poisson, de mauvaise qualité de surcroît, et de la farine, de l’huile, du sucre, du sel, des colorants et des additifs divers », explique Thomas Laurenceau de 60 millions de consommateurs, cité par Europe 1.

Quand aux sushis, sur les 13 sortes analysées, tous sont sains selon l’enquête de l’association de consommateurs, qui note toutefois que les sushis au thon seraient plus frais que ceux au saumon.