Double meurtre de Montigny-lès-Metz: Henri Leclaire sera jugé avec Francis Heaulme

JUSTICE Pourtant, le parquet avait requis un non-lieu contre le manutentionnaire à la retraite…

20 Minutes avec AFP
— 
Henri Leclaire, à son arrivée au palais de justice de Metz, le 1er avril 2014.
Henri Leclaire, à son arrivée au palais de justice de Metz, le 1er avril 2014. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Il y aura bien un procès Henri Leclaire. Deux juges d’instruction ont décidé ce mercredi de renvoyer devant les assises cet homme mis en examen au côté du tueur en série Francis Heaulme dans le dossier du meurtre de deux enfants en 1986 à Montigny-lès-Metz.

Les juges d’instruction ont décidé de ne pas suivre l’avis du parquet de Metz, qui avait requis le 21 mars un non-lieu en faveur d’Henri Leclaire, a ajouté, « satisfaite », Me Dominique Boh-Petit, confirmant une information du Républicain Lorrain, qui parle de « coup de tonnerre judiciaire ».

Manutentionnaire à la retraite, Henri Leclaire a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en août 2014 après des témoignages l’incriminant au cours du procès du suspect numéro un à l’époque : Francis Heaulme. Par ailleurs, rappelle le quotidien local, un témoin avait affirmé avoir vu Henri Leclaire le jour du drame, avec ce qui semblait être du sang sur son tee-shirt.

Il s’était accusé en premier

En tout cas, pour Francis Heaulme, cette décision n’a pas de conséquence directe : il reste mis en examen dans ce dossier et sera jugé, avec Henri Leclaire à son côté dans le box des accusés.

Avant ces deux hommes, Patrick Dils avait été accusé dans cette affaire à rebondissements. Condamné puis innocenté, il avait été acquitté au bout de 15 ans de prison en 2002. Après une nouvelle enquête, Francis Heaulme, dont la présence près de la scène du crime a été tardivement attestée, avait commencé à être jugé au printemps 2014 pour ce double meurtre, qu’il nie.

C’est au cours de ce procès que des témoignages de dernière minute avaient incriminé Henri Leclaire. Les tentatives de justification confuses de ce dernier, simple témoin au procès Heaulme, avaient renforcé les doutes et conduit à l’ouverture d’une information judiciaire contre lui. Dès décembre 1986, Henri Leclaire s’était accusé du double meurtre. Mais il s’était rétracté peu après, avant d’être mis hors de cause par l’enquête.