La CGT dénonce une tentative de fichage des conducteurs à la RATP

TRANSPORTS La direction de la régie autonome des transports parisiens affirme « qu’aucune consigne de fichage n’a été donnée »…

20 Minutes avec AFP

— 

Logo de la RATP
Logo de la RATP — Jacques Demarthon AFP

« Agents difficiles », « meneurs », « délégués »… Selon la CGT, la RATP a essayé de mettre en place un fichage des conducteurs du RER A.

D’après le syndicat, une chargée de mission au département RER a tenté par courriel « d’obtenir des informations illégales et parfaitement subjectives sur le comportement supposé de tel ou tel agent ».

>> A lire aussi : Fichage à France Télévisions, le TGI interdit la destruction des fiches secrètes

Un fichier parfaitement « illégal »

Dans une capture d’écran, la personne demande à un responsable de la ligne RER A de lui « présenter » ses effectifs de conducteurs en décrivant leur « profil » dans le but d’établir une « typologie des conducteurs ». Sont notamment requises des informations sur leur caractère ou activisme : « agents difficiles », « meneurs », « délégués ». « Tout ce que vous considérez important de connaître sur vos conducteurs », ajoute l’auteure du message.

« Il est parfaitement inadmissible qu’un représentant de la direction tente ainsi de créer un fichier parfaitement illégal d’agents supposés avoir des comportements non conformes, en opposition à ce qui serait supposé être un comportement adapté », écrit la CGT dans un communiqué.

>> A lire aussi : En 2016, la RATP prévoit de recruter 3.000 personnes

Une « erreur » individuelle

La direction de la RATP affirme « très clairement qu’aucune consigne de fichage n’a jamais été donnée à l’égard d’aucune catégorie de personnel ». Ce « serait contraire à la loi, ainsi qu’aux valeurs, à la charte éthique et à la conception du dialogue social de l’entreprise ». « L’auteur du message a d’ores et déjà été reçu par son encadrement pour un rappel ferme des règles et des valeurs de l’entreprise », précise la RATP en ajoutant que l’entreprise « prendra toutes les mesures pour que ce type d’erreur ne se reproduise plus et en tirera toutes les conséquences ».

Le syndicat affirme avoir interpellé sur le sujet la directrice générale du groupe, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et l’inspection du travail. Et en comité d’entreprise, les élus CGT ont quitté ce vendredi la séance « devant l’attitude désinvolte de la direction ».