Maïs OGM de Monsanto: Le Conseil d'Etat annule l'interdiction.. mais la culture toujours interdite par la loi

ENVIRONNEMENT Malgré la décision du Conseil d’Etat, Ségolène Royal assure que le maïs génétiquement modifié est toujours proscrit en France…

20 Minutes avec AFP

— 

Le maïs transgénique de Monsanto.
Le maïs transgénique de Monsanto. — Ronaldo Schemidt AFP

C’est une décision qui risque de faire grand bruit mais qui pourrait tourner à l’imbroglio. Le Conseil d’État a annoncé ce vendredi l’annulation de l’interdiction du maïs OGM MON810 de Monsanto, en contestant les risques invoqués pour l’environnement.

Mais dans la foulée, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a immédiatement réagi sur Twitter en indiquant que « l’interdiction de l’OGM Monsanto MON 810 s’appliquait car elle a été validée par la loi. »

L’écologiste et pionnier de la lutte anti-OGM José Bové lui a emboîté le pas en confirmant que le maïs génétiquement modifié de Monsanto était bel et bien toujours interdit en France malgré la décision du Conseil d’Etat.

Autorisé par la Commission européenne en 1998, le maïs transgénique MON810 avait été interdit en 2014. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait en effet interdit par un arrêté du 14 mars 2014 la commercialisation, l’utilisation et la culture de cette variété de maïs génétiquement modifiée pour résister aux insectes ravageurs.

>> A lire aussi : Monsanto «abasourdi» par l'interdiction du Roundup par Royal

Le Conseil d’Etat se fonde sur les avis rendus par l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Elle estime que les risques « de développement d’une résistance chez les insectes ou d’atteinte à certaines espèces de lépidoptères » peuvent être maîtrisés, et « ne permettent pas de dire que le maïs MON810 est plus risqué pour l’environnement que le maïs conventionnel ».

Depuis 2009, la France a tenté d’imposer un moratoire sur les cultures OGM sur son sol. Le MON810 est actuellement la seule culture OGM pratiquée en Europe, en Espagne et au Portugal.