Une famille arrêtée pour escroquerie aux pièces de collection

FAITS DIVERS D’après les enquêteurs, les deux parents et leur fille vendaient de faux Napoléon Or sur Internet. Le préjudice s’élèverait à plus de 100.000 euros…

F.F.

— 

Pièces de collection illustration.
Pièces de collection illustration. — ALAIN JOCARD / AFP

La monnaie de leur pièce ? Trois personnes, deux parents et leur fille, ont été arrêtées mardi pour une escroquerie aux fausses pièces d’or, dans l’Orne. Depuis décembre, les policiers de l' Office central pour la répression du faux monnayage (OCRFM) enquêtaient sur une affaire de faux Napoléon or.

En fin d’année 2015, 600 fausses pièces sont saisies à l’aéroport de Roissy par les douanes. Après analyse de la Monnaie de Paris, les policiers découvrent qu’il s’agit en fait de pièces fabriquées en Chine d’une valeur de… deux euros imitant des pièces de collection Napoléon or de 20 et 40 Francs d’une valeur estimée à 200 euros pour les unes et 350 à 400 euros pour les autres.

Plus de 100 victimes

Après plusieurs mois d’enquête afin de déterminer la méthode et les moyens de vente des faux-monnayeurs, l’OCRFM, co-saisi avec l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels, parvient à identifier une soixantaine de victimes sur Internet.

Les suspects auraient ainsi vendu sur des sites grand public d’enchères et sur des plateformes plus spécialisées, pour plus de 100.000 euros de fausses pièces de collection à environ une centaine - certaines victimes n’ayant pas encore été identifiées ou ne souhaitant pas porter plainte - de personnes.

La perquisition menée mardi dans l’Orne a permis de mettre la main sur 800 fausses pièces. « Nous pensons que les faits ont débuté en 2014 », estime le commissaire divisionnaire Fabien Lang, chef de l’OCRFM. D’autres victimes pourraient se faire connaître. Les trois individus ont été mis en examen pour escroquerie.