Taxation des CDD: Le patronat dénonce «un coup de poignard dans le dos» après les annonces de Manuel Valls

EMPLOI Le président national de la CGPME, a estimé que cette taxation des CDD était « le meilleur moyen pour décourager les entrepreneurs »...

Clémence Apetogbor
— 
Myriam El Khomri, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem annoncent plusieurs mesures en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes le 11 avril 2016
Myriam El Khomri, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem annoncent plusieurs mesures en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes le 11 avril 2016 — PATRICK KOVARIK / AFP

Après l’annonce par Manuel Valls d’une batterie de mesures pour l’insertion professionnelle des jeunes, le patronat a exprimé son mécontentement, allant jusqu’à dénoncer « un coup de poignard porté dans le dos des entreprises ».

Le patronat a notamment fait part de son opposition au renchérissement des taxes sur les CDD annoncés par Matignon, la Confédération générale des PME menaçant de quitter la négociation sur l’assurance-chômage.

Une sanction financière

« Au lieu de s’interroger sur les raisons qui poussent les employeurs à embaucher en CDD et de regarder comment les inciter à préférer les CDI, le gouvernement choisit la voie de la sanction financière », a déploré lundi la CGPME dans un communiqué, dénonçant « un coup de poignard porté dans le dos des entreprises ».

« Les mêmes causes produiront les mêmes effets : la taxation des CDD décidée en 2013 n’a en rien enrayé le phénomène CDD mais a, sans aucun doute, contribué à dégrader plus encore le marché de l’emploi », ajoute-t-elle.

Ce mardi, François Asselin, président national de la CGPME, a estimé sur RMC/BFMTV que cette taxation des CDD était « le meilleur moyen pour décourager les entrepreneurs ». « Surtaxer le CDD revient à surtaxer le premier emploi ! On se tire une balle dans le pied ! », a-t-il martelé.

Pierre Gattaz « excédé »

« La Confédération des PME posera donc prochainement à ses instances la question de son départ de la négociation en cours sur l’assurance-chômage », indique la CGPME dans son communiqué. « Le gouvernement assumera ses décisions. Y compris les plus stupides », conclut-elle.

De son côté, le président du Medef, Pierre Gattaz, s’est dit « excédé » par la taxation supplémentaire des CDD. « Taxer risque de détruire de l’emploi, pas d’en créer. Vous n’aurez plus aucun patron qui embauchera, ni en CDI, ni en CDD », a-t-il prévenu sur France Info, avant de demander à « revenir à l’ambition de la loi El Khomri d’origine ».

>> A lire aussi : Pierre Gattaz tire la sonnette d'alarme sur la loi travail

« Nous devons sortir de cette logique de saupoudrage et de taxation généralisée », a déclaré lundi le numéro un de l’organisation, cité dans un communiqué du Medef. « Ce n’est pas en augmentant encore le coût du travail que nous aiderons les jeunes à trouver un CDI », a-t-il ajouté.