Cannabis: Le Guen rouvre le débat sur la dépénalisation

DROGUES Le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement souhaite que le parti socialiste ouvre le débat sur la dépénalisation du cannabis…

G.N. avec AFP
— 
Jean-Marie Le Guen constate l'inefficacité de la prohibition sur la consommation de cannabis.
Jean-Marie Le Guen constate l'inefficacité de la prohibition sur la consommation de cannabis. — CHAMUSSY/SIPA

Est-ce une nouvelle mesure destinée à calmer les jeunes après les 500 millions d’euros promis par Manuel Valls ? Nul ne le sait. En tout cas, c’est un sacré pavé dans la mare que vient de jeter le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, lui qui nous avait plus habitués à la langue de bois qu’aux esclandres. Sur BFMTV, l’ancien député socialiste de Paris a en effet souhaité que « le Parti socialiste ouvre un débat sur la fin de la prohibition » du cannabis.

« La situation actuelle ne marche pas »

« La situation actuelle ne marche pas » et « on doit bouger », a-t-il argumenté, après en avoir parlé devant le conseil national du PS durant le week-end. « Le cannabis est une très mauvaise chose pour la santé publique, en particulier chez les jeunes. Mais la prohibition n’amène pas une diminution de la consommation », a ajouté ce médecin de profession.

De plus, « les produits qui sont distribués par le trafic sont plus dangereux » que le cannabis. « Dans beaucoup de quartiers, une contre-culture s’est installée » et « la loi est bafouée, malgré les forces de police, malgré l’intention de la justice, depuis des décennies », a développé le secrétaire d’Etat, s’exprimant à titre personnel et non au nom du gouvernement. « Je propose que le Parti socialiste dise enfin la vérité, propose une vérité : l’interdit moral ne crée rien du tout, il crée beaucoup de dégâts dans la société française ».

« Il faut peut-être aller vers des mécanismes de légalisation »

« Il faut peut-être aller vers des mécanismes de légalisation contrôlée, et surtout avec des politiques d’éducation et de santé publique », a-t-il précisé. Car « il faut armer les jeunes pour véritablement les convaincre » de ne pas consommer du cannabis. Lever des taxes sur le cannabis « n’est pas l’objet principal », a précisé celui qui se définit comme « un homme de santé publique ».

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir l’opposition. « Comme toujours le #PS laxiste et irresponsable #alternancevite », a aussitôt tweeté Sébastien Huyghe, secrétaire général adjoint du parti LR.