Le «livret des parents» du gouvernement, une initiative utile, selon les spécialistes de la famille

PARENTALITE A partir de ce lundi, tous les couples qui attendent leur premier enfant, recevront ce fascicule d’une quinzaine de pages…  

Delphine Bancaud

— 

Les parents retrouveront dans ce guide des conseils pratiques et éducatifs (illustration).
Les parents retrouveront dans ce guide des conseils pratiques et éducatifs (illustration). — Jeff Blackler/REX/REX/SIPA

Grossesse, naissance, développement d’un bébé, aides, droits et responsabilités : à partir de ce lundi, le nouveau « livret des parents » est envoyé aux parents qui attendent leur premier enfant. Concocté par les caisses d’allocations familiales et les ministères des familles et de la santé, et la Sécurité sociale, ce guide de 15 pages délivre à la fois des conseils pratiques, mais aussi éducatifs.

Une bonne initiative selon le pédopsychiatre, Marcel Rufo. « Cela rend les parents et les pouvoirs publics partenaires du bon développement de l’enfant », indique-t-il à 20 minutes.

Pour aider les futurs parents dans leur quotidien, le guide détaille par exemple, les droits de la femme enceinte pendant et après la grossesse, les différents modes de garde, les prestations familiales et donne des adresses de lieux ressource. « C’est très utile, car tous les travailleurs sociaux constatent que malgré la flopée d’informations auxquels ils ont accès sur Internet, beaucoup de parents ignorent de nombreuses aides qu’ils peuvent solliciter. On facilite ainsi l’accès au droit », estime Patrick Chrétien, président de l’association Familles de France.

Un mélange des genres qui ne dérange pas

Autre vertu de ce livret selon lui : « Son accessibilité à tous publics. Les problématiques sont abordées de façon simple et succincte, ce qui permettra de diffuser l’information dans beaucoup de familles, y compris celles qui ne sont pas les plus informées. »

A la lecture de ce guide, on peut être étonné par le mélange des genres, puisque les informations pratiques côtoient des conseils d’ordre éducatif et une approche plus psychologique de la parentalité. Le livret met par exemple, en garde les parents contre les châtiments corporels n’ayant « aucune vertu éducative », il aborde aussi l’épuisement des parents, leur séparation éventuelle, le droit des enfants à être aimés et respectés… Un melting-pot qui ne dérange pas Patrick Chrétien : « Ce livret est une sorte de guichet unique pour les parents qui évoque brièvement certaines difficultés auxquelles ils peuvent être confrontés. C’est une sensibilisation à ces problématiques, car évidemment on n’apprend pas à éduquer un enfant en quinze pages », souligne-t-il. Un avis partagé par Marcel Rufo : « C’est forcément simplificateur, mais le fait de prôner la parentalité positive est une bonne chose. Tout comme le fait de mettre les parents à l’abri de toute culpabilité. Ce livret peut devenir un grigri rassurant pour eux ».

Un guide appelé à se « bonifier »

Reste à savoir s’il sera lu par les principaux intéressés. Selon Le Monde, une étude sur l’ancien livret de paternité, avait montré qu’il était souvent consulté par les parents. « Je pense aussi que ce livret les accompagnera dans leur rôle, même si on peut déplorer le fait qu’environ 10 % des parents qui ne lisent pas le français, n’aient pas accès à ces conseils », indique Patrick Chrétien.

Pour Marcel Rufo, ce « livret des parents » est aussi amené à évoluer. « Il sera forcément bonifié avec le temps et servira aussi de base à des discussions contradictoires entre les parents et les spécialistes de la petite enfance », estime-t-il.