VIDEO. Attentats à Paris et Bruxelles: Quel rôle a joué Mohamed Abrini dans les attaques

ENQUETE Mohamed Abrini a avoué être le troisième homme des attentats à l'aéroport de Bruxelles, scellant les liens étroits entre les attaques en France et en Belgique...

L.Be. avec AFP
— 
Une image du troisième homme de l'aéroport de Bruxelles, appelé «l'homme au chapeau».
Une image du troisième homme de l'aéroport de Bruxelles, appelé «l'homme au chapeau». — JOHN THYS / AFP

Quel rôle Mohamed Abrini, alias « l’homme au chapeau », a-t-il joué dans les attentats de Paris et de Bruxelles ? Interpellé vendredi à Anderlecht (une commune bruxelloise), on sait désormais qu’il est le troisième homme de l’aéroport de Zaventem. Soupçonné d’avoir joué un rôle de premier plan dans les attentats du 13 novembre à Paris -il a été aperçu sur les caméras de vidéosurveillance d’une station-service de l’Oise (au nord de Paris) avec Salah Abdeslam-, son implication dans les attentats de Bruxelles ne fait plus de doute, scellant les liens étroits entre les deux attaques. Que sait-on exactement de son rôle ?

>> A lire aussi: Mohamed Abrini et quatre autres personnes interpellées en Belgique

Un rôle de premier plan dans les attentats de Paris

Ami de longue date avec la famille Abdeslam, il a été aperçu plusieurs fois avec Salah et Brahim avant les attentats de Paris. Les 10 et 11 novembre, il les accompagne en voiture lorsqu’ils effectuent deux allers-retours entre Paris et Bruxelles pour louer des planques qui serviront au commando. Le 12, il est repéré en Belgique dans une des voitures du convoi qui emmènent les assaillants à Paris. Sans oublier que ses traces ont été retrouvées dans la Renault Clio utilisée pour convoyer les kamikazes au Stade de France.

>> A lire aussi: Mohamed Abrini, un proche d'Abdeslam soupçonné d'être «l'homme au chapeau»

Quelques heures plus tard, le 12 novembre vers 3h du matin, les deux hommes sont vus à Bruxelles, où ils croisent Brahim Abdeslam et la Seat Leon avec laquelle vont être perpétrées les tueries des terrasses de bars et restaurants parisiens.

L’aéroport de Bruxelles à la place de Paris ?

Et ce n’est pas tout. Retour dans l’enquête belge. Ses empreintes digitales et son ADN ont aussi été identifiés dans l’appartement de la rue du Dries à Forest qui a servi de cache à Salah Abdeslam, dans l’appartement de la rue Max Roos à Schaerbeek, d’où sont partis les assaillants le 22 mars pour l’aéroport, et dans celui de la rue Henri Bergé, également à Schaerbeek.

Ces aveux sont une avancée majeure dans l’enquête. Le mystère est levé sur l’identité du troisième homme aperçu à l’aéroport. Mohamed Abrini a avoué être « l’homme au chapeau », le troisième suspect de l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem qui s’est enfui avant que ses deux complices ne lancent la double attaque-suicide, a déclaré le parquet fédéral belge. Il a reconnu sa présence lors des faits et a expliqué avoir jeté sa veste dans une poubelle puis « revendu son couvre-chef », indique ainsi le parquet fédéral belge. Il aurait aussi précisé que les attentats dans la capitale belge auraient été précipités par l’enquête, selon L’Echo. A l’origine, une nouvelle attaque à Paris était prévue, selon le site du quotidien, le changement de plan aurait été décidé en catastrophe. Le Belgo-Marocain de 31 ans qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen a été inculpé (mis en examen) samedi en Belgique notamment pour « assassinats terroristes ».