Paris: Le forcené qui s'était retranché dans son appartement, rue Bichat, s'est rendu

POLICE La police est intervenue dans cette rue marquée par les attentats du 13 novembre contre le Carillon et le Petit Cambodge…

M.P.

— 

Les forces de l'ordre se déploient dans la rue Bichat à Paris (10e).
Les forces de l'ordre se déploient dans la rue Bichat à Paris (10e). — Charly Dubos

Moment de panique, rue Bichat, dans le 10e arrondissement ce jeudi midi. Vers 13h, une « détonation », qui fait penser à un coup de feu, a été entendue, sans faire de blessé. Un homme qui s'est retranché dans son appartement, au 14 de la rue Bichat, à seulement quelques mètres du Carillon et du Petit Cambodge, deux des lieux ciblés par les terroristes du 13  novembre. Immédiatement, la police boucle le quartier.

​«J'ai entendu plusieurs coups de feu. Parfois il y avait entre 5 et 10 minutes entre les tirs », raconte à 20 Minutes un témoin dont l'appartement est situé en face de celui de l'homme. «Sur le coup, je me suis dit que ça ne pouvait pas être de vraies balles, ça paraissait insensé», ajoute-t-il. Jusqu'à ce qu'en ouvrant la porte de l'appartement, notre témoin tombe nez à nez avec une policière «paniquée». Finalement, plusieurs policiers investissent assez vite le logement, puisqu'il offre une très bonne vue sur celui du forcené. 

La piste terroriste écartée

«Les policiers étaient nerveux mais à un moment, on a pu voir que l'homme essayait de tirer mais n'avait plus de balles. Ça a détendu tout le monde», raconte-t-il.  L'homme était, ​ d’après France info​,  « apparemment ivre  ». Finalement, un dialogue a pu s'instaurer et l'homme a fini par se rendre peu avant 14h.

Au final, l'homme a été placé en garde à vue, a précisé une source policière, confirmant que selon les premiers éléments de l'enquête la piste terroriste était écartée.

Une partie des habitants, qui avaient été évacués, ont été autorisés à rentrer chez eux, alors que les commerçants, qui avaient baissé leurs rideaux, les ont relevés en début d'après-midi.