Prostitution: La pénalisation des clients définitivement votée par les députés

LOI La France rejoint le camp des pays européens qui ont adopté cette mesure…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de la prostitution en France.
Illustration de la prostitution en France. — SERGE POUZET/SIPA

C’est fait. Après plus de deux ans de débats, les députés ont voté ce mercredi la loi pénalisant les clients de prostituées.

A l’issue d’un ultime vote à l’Assemblée nationale, l’interdiction de l’achat d’actes sexuels sera sanctionnée par une contravention de 1.500 euros (jusqu’à 3.500 euros en cas de récidive).

Plus de verbalisation pour racolage

Le texte a été approuvé par 64 voix contre 12 et 11 abstentions, mais il a divisé sur presque tous les bancs. Si les députés PS et Front de gauche le soutenaient dans l’ensemble, une majorité des Républicains penchaient pour l’abstention, alors que l’UDI avait laissé la liberté de vote. Une majorité des radicaux de gauche et des écologistes étaient également défavorables au texte.

>> A lire aussi : La pénalisation des clients, une mesure qui fait ses preuves à l’étranger?

Les prostituées ne seront plus verbalisées pour racolage et, si elles souhaitent arrêter leur activité, elles pourront bénéficier d’un accompagnement social, ainsi que d’un titre de séjour temporaire pour les étrangères.

« Une avancée majeure » pour Manuel Valls

Le Premier ministre Manuel Valls a salué sur Twitter « une avancée majeure pour le respect de la personne humaine, pour les droits des femmes ».

Avec ce vote, « la France affirme avec force que l’achat d’actes sexuels est une exploitation du corps et une violence faite aux femmes », s’est félicité dans l’hémicycle Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

La France devient ainsi le cinquième pays européen à pénaliser les clients de prostituées, après la Suède, pionnière dès 1999, la Norvège, l’Islande et le Royaume Uni.