TNT: A qui va profiter le passage de la télévision à la HD?

TELEVISION Vos écrans vont passer à la haute définition dans la nuit de lundi à mardi...

N.Beu.

— 

Un adaptateur TNT HD dans un magasin, le 1er avril 2016, à Nantes.
Un adaptateur TNT HD dans un magasin, le 1er avril 2016, à Nantes. — LOIC VENANCE / AFP

Espérons pour eux que les amoureux de Vivement dimanche et de New York, Unité spéciale ont vérifié leur téléviseur. Car dans la nuit de lundi à mardi, au beau milieu de la (re)diffusion de ces deux programmes, la vieille télé de papi ne leur servira pas à grand-chose. A 1h, est en effet prévu  le passage de la TNT à la haute définition. Pendant plusieurs minutes voire plusieurs heures, les foyers ne recevant pas leurs programmes par Internet seront donc privés de télé. Un mal pour un bien, selon le gouvernement. Mais qui va vraiment profiter de cette (r)évolution ? Eléments de réponse.

>> A lire aussi : Comment se préparer à la nuit de lundi à mardi ? On vous dit tout par ici

Les téléspectateurs recevant la télé par l'antenne râteau

L’opération consiste à faire basculer l’ensemble des retransmissions télévisuelles dites hertziennes vers la norme mpeg4, de manière à offrir aux téléspectateurs recevant leurs programmes par l'antenne râteau une meilleure qualité de son et d’image. Jusqu’alors, quatre chaînes leur étaient en effet proposées en simple diffusion (SD) et haute définition (HD) (TF1, France 2, M6, Arte), six en HD (HD1, L’Equipe 21, 6ter, Numéro 23, RMC Découverte, Chérie 25) et les quinze restantes en SD. L’objectif de la transition est par ailleurs de permettre à tous les Français de recevoir l’ensemble des 25 chaînes gratuites, ce qui n’était pas forcément le cas partout. Plus d’un foyer sur deux est concerné par l'opération à venir.

Les vendeurs d’adaptateurs et de téléviseurs

La décision du gouvernement les a ravis. Si, en novembre 2015, 5,4 millions de postes n’étaient pas compatibles HD (sur un total de 44,3 millions), ils n’étaient plus que 3,3 fin février, dont 1,3 de postes principaux, selon l’ANFR (Agence nationale des fréquences), garante du bon déroulé de la transition avec le CSA. Et tout porte à croire que ce dernier chiffre a encore reculé en mars. « On peut penser que tous les postes principaux ou presque ont été convertis », avance Gilles Brégant, directeur général de l’agence. Certains téléspectateurs ont opté pour l’adaptateur, fabriqué par des entreprises comme CGV, Brandt, Philips ou Strong et vendu au prix de 30 euros minimum. D’autres ont carrément remplacé leur vieux téléviseur par un nouveau. Durant la deuxième semaine de mars, les ventes ont ainsi explosé de 83 % en comparaison avec la même période en 2015, selon un chiffre fourni par GSK. Une razzia qui « s’explique par la perspective de l’Euro et des JO, mais aussi par le passage à la HD », d’après Gilles Brégant.

L’Etat et les opérateurs téléphoniques

Le passage à la HD doit permettre de réduire la bande passante utilisée par la télévision sur les fréquences hertziennes. L’objectif : libérer des canaux sur la bande des 700 mégahertz, que récupéreront ensuite les opérateurs de téléphonie mobile pour le déploiement de la 4G. Un vrai besoin, assure Gilles Brégant, compte tenu de « l’accélération du transfert de données mobiles » via les smartphones et les tablettes. L’opération a fait l’objet d’un deal gagnant-gagnant en novembre dernier. SFR, Bouygues, Orange et Free accèdent à des fréquences qui portent plus loin et permettent d’étendre leur couverture sans déployer trop d’antennes. L’Etat, lui, se met en conformité avec le vœu de la Commission européenne, qui entend réserver la bande des 700 MHz à l’Internet mobile dans l’ensemble des Etats membres d’ici à 2020. Le tout en empochant, surtout, 2,8 milliards d’euros des opérateurs au passage.