VIDEO. «Panama Papers»: Platini, Cahuzac, Balkany… Les Français impliqués dans l’évasion fiscale

FRAUDE Plusieurs personnalités françaises de la politique ou du sport figurent dans la liste révélée dimanche par plusieurs journaux internationaux…

A.Ch.

— 

L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac, à nouveau cité dans une affaire d'évasion fiscale.
L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac, à nouveau cité dans une affaire d'évasion fiscale. — MARTIN BUREAU / AFP

Douze chefs d’Etat et de gouvernement, 128 responsables politiques et hauts responsables du monde entier, une soixantaine de proches des dirigeants mondiaux… et parmi eux environ 1 000 ressortissants français. Dans la liste des personnes impliquées dans l’ évasion fiscale via des sociétés offshore, révélée par plusieurs médias internationaux dimanche sous le nom de « Panama Papers », figurent des personnalités françaises, une banque et un parti politique hexagonaux.

>> A lire aussi : VIDEO. Comment l'immense système d'évasion fiscale a été mis au jour

Sociétés offshore

Parmi eux, on retrouve Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget déjà impliqué dans une affaire d’évasion fiscale vers la Suisse. D’après les données communiquées par le cabinet Mossack Fonseca, Jérôme Cahuzac détenait un compte bancaire lié à une société immatriculée aux Seychelles, administrée par deux autres sociétés offshore. Michel Platini, déjà pris dans la tourmente à la présidence de l’UEFA, a également créé une société offshore au Panama en 2007, soit moins d’un an après son élection à la présidence de l’autorité sportive.

>> A lire aussi: Michel Platini affirme être clean et renvoie au fisc suisse

Les raisons pour lesquelles Patrick Balkany, le député-maire de Levallois-Perret, et un homme d’affaires sont cités n’ont pas encore été révélées. Une banque française, la Société générale, est également mentionnée, ainsi qu’un parti politique français, dont on ignore encore l’identité. Le journal Le Monde et l’émission de France 2 Cash investigation diffusée mardi soir à 20h55 devraient donner des précisions dans les prochains jours sur les raisons pour lesquelles ces personnes ou entreprises figurent dans la liste du cabinet panaméen.