la philosophe Elisabeth Badinter le 1er juin 2015.
la philosophe Elisabeth Badinter le 1er juin 2015. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

POLEMIQUE

Mode islamique: Elisabeth Badinter appelle au «boycott»

«Je pense que les femmes doivent appeler au boycott des enseignes» de grandes marques vendant des vêtements islamiques, estime Elisabeth Badinter....

Elisabeth Badinter soutient Laurence Rossignol. La ministre du Droit des femmes a fustigé cette semaine les grandes marques vendant des vêtements islamiques comme Dolce et Gabbana, Marksand Spencer... estimant qu'elles étaient «irresponsables» et faisaient «d'un certain point de vue la promotion de l'enfermement du corps des femmes». 

Elle avait fait un parallèle entre les femmes qui choisissent de porter le voile et les «nègres» qui étaient favorables à l'esclavage, suscitant de vives réactions sur les réseaux sociaux, avant de reconnaître une «faute de langage»

 

Dans un entretien au Monde samedi, la philosophe reconnaît que «la ministre a eu un mot malheureux en parlant de «nègres», mais elle a parfaitement raison sur le fond». «Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes», estime Elisabeth Badinter. 

Féministe et défendre le port du voile, impossible pour Badinter

Dans un entretien à l'AFP, la philosophe a enfoncé le clou et  juge que «pour ce qui regarde (ces) marques vestimentaires qui veulent vendre la tenue islamique, il n'y a qu'une seule réponse: le boycott».

Elle considère en outre qu'on ne peut pas se dire féministe et défendre le port du voile.

Les «dites «féministes islamiques», elles oublient qu'en guise d'égalité elles doivent rester à la maison, que l'héritage est divisé par deux dans les pays musulmans et la polygamie admise dans le Coran dont elles se réclament», argumente la philosophe.