EN DIRECT. Loi Travail: 1,2 million de manifestants en France selon la CGT et FO, 390.000 selon les autorités

LIVE Plusieurs organisations syndicales appellent à une journée de grève contre le projet de loi El Khomri...

D.B. ; M.P. ; C.B. ; A.B.

— 

Manifestation contre la loi travail le 31 mars 2016 à Valenciennes
Manifestation contre la loi travail le 31 mars 2016 à Valenciennes — FRANCOIS LO PRESTI AFP

L'ESSENTIEL

  • Plus de 1,2 million de personnes ont défilé en France d’après FO et la CGT, contre 450.000 le 9 mars dernier.
  • Les syndicats appellent à de nouvelles mobilisations le 5 puis le 9 avril.
  • Les manifestations ont été marquées par des heurts entre manifestants et forces de l’ordre, notamment à Paris, à Rennes ou encore à Toulouse.
  • Au moins sept policiers ont été blessés en France.
  • Une cinquantaine de personnes ont été interpellées.

20h05: Ce live est maintenant terminé, merci à vous de l'avoir suivi.

20h: Mattéo, Anaïs, Moustapha... Les visages de la manifestation à Paris

20 Minutes a rencontré étudiants, syndiqués et retraités, mobilisés ce jeudi à Paris pour demander le retrait du texte.

>> Lisez ici le reportage de notre journaliste présent sur place.

19h52: Voici comment la police compte les manifestants

Selon les points de vue et les méthodes de comptage, l'estimation du nombre de manifestants est extrêmement variable. Ce jeudi, 26.000 à 28.000 personnes ont manifesté à Paris contre le projet de loi travail, ont indiqué le ministère de l'Intérieur et la préfecture de police de Paris. Selon FO, ils étaient 160.000 à battre le pavé.

>> Lisez ici comment la police compte les manifestants

19h34: L'AFP en grève pour réclamer le retrait de la loi travail

L'AFP se joint à la mobilisation ce jeudi soir, à l'appel de plusieurs syndicats de l'Agence France-Presse à un mouvement de grève dans le cadre d'un appel national pour demander le retrait de la loi sur le travail

19h15: Une centaine d'interpellations dans toute la France

Il y a eu 233 rassemblements ou défilés à Paris et en province, ces derniers regroupant 362.000 personnes.

Ces défilés, pour certains émaillés de violences, ont conduit à plus d'une centaine d'interpellations. Treize membres des forces de l'ordre ont été blessés, selon Pierre-Henry Brandet, porte-parole de l'Intérieur. Selon les syndicats, 1,2 million de personnes, dont 200.000 jeunes selon l'Unef, ont manifesté dans toute la France.

19h12: A Toulouse, près de 50.000 manifestants et des tensions en queue de cortège

Des milliers de Toulousains ont défilé jeudi contre le projet de Loi Travail: ils étaient 20.000 selon la police, et 100.000 selon les organisations syndicales, mais plus vraisemblablement près de 50.000.

Selon la préfecture de la Haute-Garonne, huit personnes ont été arrêtées en marge de la manifestation.

>> Lisez ici le reportage de notre journaliste présente sur place.

19h05: Près de 390.000 manifestants en France, selon les autorités

Près de 390.000 personnes ont manifesté jeudi en France contre le projet de loi travail, dont 26.000 à 28.000 à Paris, a-t-on appris auprès du porte-parole du ministère de l'Intérieur et de la préfecture de police de Paris.

18h54: A Lyon, 20 interpellations en fin de manifestation

Vingt personnes ont été interpellées jeudi à Lyon à l'issue de la manifestation, qui a vu défiler 12.000 protestataires selon la préfecture et 30.000 selon les organisateurs.

Les 20 personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles sur les forces de l'ordre, place Bellecour, alors que près de 300 jeunes refusaient de se disperser.

18h52: A Nantes: 8 interpellations en marge de la manifestation

18h42: A Lyon, la manifestation dérape en fin de cortège

Les participants ont été évacués de la place Bellecour à coups de gaz lacrymogène et de canons à eau.

18h39: A Nantes, des tensions éclatent après la manifestation

Depuis la fin de la manifestation, plusieurs groupes de jeunes défient les forces de l'ordre.

>> A lire: VIDEO. Nantes: Grosses tensions en centre-ville après la manifestation​

18h19: Le PCF demande «le retrait du texte»

«Nous demandons le retrait du texte», a déclaré le sénateur communiste Pierre Laurent sur BFM TV, avant d'ajouter que «l'éxecutif a tourné le dos à tous ceux qui l'ont aidé à être élu et qui sont dans la rue aujourd'hui».

18h17: A Rennes, le centre-ville en état de siège

Des incidents ont éclaté entre policiers et manifestants près de la place de la République.

>> Lisez ici le reportage de notre journaliste présent sur place.

17h48 : 1,2 million de manifestants en France

D'après les syndicats CGT et FO, 1,2 million de personnes ont défilé en France ce jeudi contre le projet de loi El Khomri. Les chiffres de la police ne sont pas encore tombés. Rappelons que les syndicats avaient annoncé 450.000 manifestants le 9 mars dernier, quand la police en donnait 200.000.

17h46 : Les affrontements reprennent à Rennes

 

17h10 : Le point sur la manifestation parisienne

Entre 26.000 et 28.000 personnes ont participé jeudi à Paris à la manifestation contre la loi travail, en marge de laquelle une vingtaine de personnes ont été interpellées. Les interpellations, dont quelques unes ont eu lieu en proche banlieue, sont essentiellement dues à «des jets de projectiles et des dégradations», a précisé la préfecture de police. Une vingtaine de fonctionnaires de police ont été légèrement blessés. La préfecture de police a notamment recensé des jets de projectiles incendiaires contre le commissariat du 13e arrondissement, des dégradations d'agences bancaires ou encore d'une station Autolib sur le boulevard Diderot (12e arrondissement). En fin de matinée, une dizaine de personnes, «des individus gantés et cagoulés» venant «se mêler aux manifestants» avaient été interpellées pendant des échauffourées sur le pont d'Austerlitz. Jeudi dernier, de 4.800 à 5.200 personnes avaient manifesté pour les mêmes raisons à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur et de la préfecture de police de Paris. Le 9 mars, au début de la mobilisation, entre 27.000 et 29.000 manifestants avaient battu le pavé à Paris selon la même source.

17h : Au moins sept policiers blessés, une cinquantaine d’interpellations

Quatre policiers ont été blessés dans des heurts à Marseille et trois l’ont été dans des affrontements à Nantes. Au total, près de 40 personnes ont été interpellées en France : 8 à Toulouse, 8 à Marseille, 6 à Nantes, 5 à Rennes et une vingtaine à Paris.

16h45 : Le point sur les manifestants

D'après la police, il y a eu entre 26.000 et 28.000 manifestants à Paris. Notre journaliste Olivier Aballain nous infome que 10.000 à 15.000 personnes ont défilé à Lille. 

16h35 : Huit interpellations à Toulouse

Un peu plus tôt, nous vous informions de débordements à Toulouse. D'après notre journaliste Béatrice Colin, au moins huit personnes ont été interpellées. 

 

16h32 : Valls dit assumer ses différences avec FO et la CGT

Le Premier ministre Manuel Valls a dit ce jeudi « assumer ses différences » avec les deux centrales syndicales FO et CGT, notamment sur le renforcement des accords de branche et d’entreprise. Avec ce texte, « nous avons souhaité privilégier, comme d’ailleurs des organisations syndicales qui ne manifestent pas aujourd’hui, qu’on appelle réformistes, nous avons souhaité que la négociation soit d’abord dans l’entreprise et bien sûr dans les branches », a-t-il déclaré au Sénat lors de la séance des questions au gouvernement. Le Premier ministre a affirmé que ce changement se faisait « sans inversion des normes » par rapport à la loi - un point contesté par la CGT et FO - « mais avec la volonté de rapprocher cette négociation, pour que ça soit positif pour l’entreprise comme pour les salariés, au sein de l’entreprise ». Les sénateurs communistes se sont levés pendant la question avec des pancartes rouges sur lesquelles était écrit : « Loi Travail, non merci, retrait ».

 

16h30 : Deux ballets annulés à l'Opéra de Paris

Les ballets Roméo et Juliette et Ratmansky/Balanchine/Robbins/Peck prévus jeudi soir à l'Opéra Bastille et au Palais Garnier sont annulés en raison du mouvement de grève contre la loi travail, a annoncé l'Opéra de Paris. «La direction de l'Opéra national de Paris présente ses excuses aux spectateurs et leur propose le remboursement des places», précise l'Opéra sur son compte Twitter. Les modalités de ce remboursement sont disponibles sur operadeparis.fr ou au 01.73.60.23.23.

16h25 : A Rennes, la ville porte les stigmates du défilé

Et surtout, de ses débordements. Notre reporter Jérôme Gicquel arpente les rues du centre-ville et nous rapporte quelques images éloquentes : 

 

16h15 : Une mobilisation très suivie

Nous ne disposons pas encore de tous les chiffres, mais nous pouvons d’ores et déjà affirmer que la mobilisation a été très suivie en France, avec des dizaines de milliers de salariés et d’étudiants qui ont battu le pavé. En milieu d'après-midi, près de 190.000 manifestants ont été recensés dans une cinquantaine de villes, sans compter Paris. Il y en avait plus de 200.000 le 9 mars dernier (450.000 selon les organisateurs).

16h10 : La mobilisation en images

Pour vivre la mobilisation autrement, découvrez les images les plus belles et les plus surprenantes de cette journée de mobilisation dans le diaporama préparé par le service photo de 20 Minutes.

16h05 : La manifestation se termine à Strasbourg

Elle a regroupé 5.000 personnes selon la police, 9.000 d'après les syndicats. Selon notre reporter Gilles Varela, la mobilisation s'est déroulée dans le calme. Les organisateurs ne déplorent qu'un seul incident : quelques gifles échangées en fin de parcours entre les membres du même syndicat - en l'occurence la CGT.

16h03 : A Rennes, les policiers chargent les manifestants

La situation ne semble pas se calmer à Rennes, comme nous le rapporte notre correspondant Jérôme Gicquel :

 

16h: « On n’est pas de la chair à patrons »

Les Marseillais ont défilé ce matin. 20 Minutes y était. A lire :  le reportage de notre correspondante Amandine Rancoule.

15h50 : A Rennes, les policiers quadrillent la place de la République

 

15h48 : Au moins huit interpellations à Marseille et quatre policiers blessés

C'est ce que nous rapporte à l'instant notre correspondante Amandine Rancoule : 

Le bilan était précédemment de deux interpellations et de trois policiers blessés.

15h45 : 11.000 à 30.000 manifestants à Lyon

A Lyon, le cortège s'est également élancé cet après-midi et les manifestants sont toujours en train de défiler. Ils seraient 11.000 selon la police, 30.000 selon les syndicats. En tout cas, ils sont très encadrés, comme en témoignent ces tweets :

 

15h40 : A Nantes, la situation reste très tendue

Des affrontements sont toujours en cours, alors que la manifestation est désormais terminée. Notre correspondante fait le point par ici

15h37 : Le point sur les débordements en France

Des heurts ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre à Paris, à Nantes, à Rennes, à Toulouse, à Rouen et à Marseille, où trois policiers ont été blessés. A chaque fois, des projectiles ont été lancés par des jeunes sur les forces de l’ordre qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène. Deux personnes ont été interpellées à Nantes, deux également à Marseille, cinq à Rennes et une dizaine à Paris.

15h30 : La situation reste extrêmement tendue à Rennes

Comme en témoigne notre reporter Jérôme Gicquel :

 

15h15 : Ce n’est pas une manifestation (que) de la jeunesse

Comme le fait à juste titre remarquer notre internaute @Lyana, cette journée de mobilisation « n’est pas une manif de la jeunesse, c’est la grosse manif contre la loi El Khomri prévue depuis le début ». En effet, si certains syndicats lycéens et étudiants ont répondu à l’appel, celui-ci était lancé depuis plusieurs semaines déjà par la CGT et FO notamment. Et sinon, @Lyana, nous avons tenu compte de votre remarque, la photo est changée, il y en a même plusieurs du jour à découvrir ;-). 

15h10 : Petit bilan mobilisation

Alors que l’on défile encore à Paris, à Lille ou encore à Strasbourg – les cortèges ne sont partis que dans l’après-midi –, et que la situation est toujours tendue à Rennes, les manifestations du matin ont mobilisé :

  • A Toulouse : 20.000 personnes (police) / 100.000 (syndicats)
  • A Marseille : 11.200 (police) / 120.000 (syndicats)
  • A Nantes : 12.000 (police) / 30.000 (syndicats)
  • A Montpellier : 12.000 (syndicats)
  • A Bordeaux : 10.000 (syndicats)
  • A Grenoble : 7.000 (police)
  • Le Havre : 7.000 (police) /15.000 (syndicats)
  • A Rennes : 6.500 (préfecture), 10.000 (syndicats)
  • A Rouen : 6.000 (police)
  • A Saint-Nazaire, 5.500 (police)
  • A Clermont-Ferrand : 5.000 (police)

14h55 : Ca défile toujours à Paris, à Lille et à Strasbourg 

Sous la pluie pour les cortèges parisien et lillois :

Sous un ciel presque dégagé à Strasbourg :

 

14h50 : A Rouen, des heurts avec la police et une permanence PS maculée d’œufs

Des heurts ont eu lieu jeudi à Rouen entre forces de l'ordre et des jeunes manifestants. Les échauffourées ont eu lieu devant la préfecture de Seine-Maritime et de Normandie, point final de la manifestation qui a réuni 6.000 participants selon la police. Des jeunes, foulard devant le visage, ont jeté des projectiles et allumé des feux de poubelles. Les CRS ont répliqué à trois reprises par des tirs de gaz lacrymogènes, provoquant un mouvement de repli des manifestants vers les rues adjacentes. Certains manifestants ont une nouvelle fois, comme lors de précédents mouvements contre la loi El Khomri, maculé de peinture et de jets d'œufs une permanence du parti socialiste qui se trouve au début de cette rue.

14h30 : Des images des incidents à Rennes

Nos correspondants ont filmé les incidents qui ont émaillé le défilé. La situation reste tenue, nous expliquent-ils. 

 

14h22 : Des incidents également à Toulouse et à Grenoble

 

14h13 : Faut-il avoir lu le projet de loi pour avoir le droit de manifester ? 

La question divise nos internautes mais également Twitter. Certains estiment qu’il n’est pas admissible de défiler sans avoir lu les 130 pages du projet de loi (qui n’est en fait pas officiellement disponible depuis sa réécriture), d’autres pensent que le grand public a été suffisamment informé de son contenu par les médias. Notre internaute @coffrapattes dit notamment : « Je voudrai bien qu’un journaliste demande à ces lycéens ce qu’il y a dans la loi qu’ils dénoncent, juste pour rigoler un peu… ». Eh bien, les journalistes de 20 Minutes l’ont fait à deux reprises. Lors de la manifestation du 9 mars, c’est-à-dire avant la première modification du texte. Leurs réactions sont à lire par ici. Puis, le 17 mars, dans un reportage à lire par là.

13h58 : Deux interpellations à Marseille

Notre journaliste nous informe que deux personnes ont été interpellées à Marseille où trois policiers ont été blessés.

D'après les syndicats, 120.000 personnes sont mobilisées. La police en dénombre seulement 11.200.

13h45 : « Le gouvernement doit entendre la puissance de la mobilisation » estime la CGT

« Aujourd’hui, il y a une très forte mobilisation. Cette journée est d’ores et déjà une réussite, il faut que le gouvernement entende et retire son projet », a affirmé ce jeudi Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

« On a prévu d’autres mobilisations au cas où le gouvernement ne prendrait pas en compte la puissance de la mobilisation dans la rue aujourd’hui ». Il a appelé l’exécutif à faire marche arrière. « Dire qu’on s’est trompés, c’est pas une défaillance, c’est écouter la rue ».

13h40 : Le Foll appelle « tout le monde au calme »

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a appelé « tout le monde au calme » ce jeudi après les heurts ayant entaché les manifestations notamment à Paris, Rennes et Nantes.

« Il y a un droit à manifester. La manifestation d’aujourd’hui, comme d’autres, est là pour exprimer des revendications et c’est tout à fait légitime. Mais en même temps, il ne faut pas donner l’occasion à certains de casser ou d’avoir des actes de violence. Donc j’appelle tout le monde au calme, par définition, et par respect aussi des règles de la République. On ne peut pas accepter non plus des violences », a-t-il déclaré depuis Matignon au sortir d’une réunion des ministres et des secrétaires d’Etat.

13h30 : FO appelle le gouvernement à la « sagesse »

Jean-Claude Mailly, numéro 1 de Force Ouvrière (FO), appelle le gouvernement à la « sagesse ». « Aujourd’hui on a une journée forte. Si le gouvernement ne veut pas entendre, il y aura d’autres journées », a-t-il prévenu. « Le gouvernement a été sage sur la déchéance de nationalité. Il faut qu’il le soit aujourd’hui » sur le projet de loi travail. « Il faut rediscuter au fond du dossier » sans qu’il y ait de « calendrier ».

 

13h25 : Pour la CFDT, le retrait de la loi travail serait « une défaite pour les salariés »

Véronique Descacq, numéro 2 du syndicat réformiste, a déclaré sur RTL que le retrait du projet de loi travail serait « surtout une défaite pour les salariés ».

« Aujourd’hui on [la CFDT] a réussi à faire avancer nos propositions et on continue à le faire avec les parlementaires. Quelques militants CFDT sont dans la rue aujourd’hui mais on partage tous le même point de vue, il faut peser pour que ce texte change et s’améliore », a-t-elle poursuivi.

13h20 :  A Lyon, le blocage des facs provoquent la colère des étudiants

La manifestation n’a pas encore débuté, mais le blocage des universités provoque déjà la colère de certains étudiants à Lyon, comme le rapporte notre journaliste sur place.

13h00 : LE POINT À LA MI-JOURNÉE

  • A la mi-journée, des dizaines de milliers de personnes participaient aux 200 manifestations prévues ce jeudi dans toute la France. Les syndicats dénombraient 120.000 manifestants à Marseille, 100.000 à Toulouse, 30.000 à Nantes, 12.000 à Montpellier ou encore 10.000 à Bordeaux. Selon la police, ils étaient 12.000 à Nantes, 20.000 à Toulouse, 11.200 à Marseille, 5.500 à Saint-Nazaire, 6.000 à Rouen, 7.000 à Grenoble, 5.000 à Clermont-Ferrand.
  • A Lille, Strasbourg et Lyon, la manifestation doit commencer en début d'après-midi.
  • Plusieurs cortèges ont été émaillés par quelques incidents notamment à Paris, Nantes, Rennes. En région parisienne, la police a effectué une dizaine d’interpellations pour des jets de projectiles.
  • Environ 200 lycées sont bloqués dans toute la France.

 

13h00 : Autour de 200 lycées bloqués en France

Selon le ministère de l’Education nationale, quelque 176 lycées étaient bloqués en France ce jeudi matin, totalement ou partiellement, « total ou filtrant », sur les 2.500 établissements publics répartis sur le territoire. Selon les syndicats lycéens, il y a 250 blocages.

En fin de matinée, « un retour à la normale était constaté dans la plupart de ces lycées », a précisé la rue de Grenelle.

12h50 : A Grenoble aussi, la manifestation dégénère

Selon France 3 Alpes, une voiture a foncé dans le cortège des manifestants. « Le conducteur a été violemment sorti de son véhicule », rapporte la chaîne.

En marge de la manifestation contre la loi travail, des banques ont été prises pour cible par des casseurs.

 

12h50 : Environ 100.000 manifestants à Toulouse (selon les syndicats)

L’intersyndicale estime la mobilisation à 100.000 personnes dans la Ville rose.

 

12h45 : Une dizaine d’interpellations à Paris

La préfecture de police annonce une dizaine d’interpellations en marge de la manifestation contre la loi travail à Paris et en proche banlieue pour des jets de projectiles.

« Il s’agit d’individus gantés et cagoulés qui viennent se mêler aux manifestants », précise la préfecture. « Des échauffourées ont notamment eu lieu au niveau du pont d’Austerlitz ».

12h40 : La CGT 13 annonce 120.000 manifestants à Marseille

 

12h30 : La situation empire à Rennes

Notre correspondant à Rennes, où 8.000 personnes manifestent selon les premières estimations des syndicats, nous explique que « ça gaze partout » :

A Nantes aussi, les forces de l'ordre sortent à nouveau les bombes lacrymogènes : 

12h26 : A Bordeaux, il y a environ 10.000 manifestants

Le cortège est parti à 11h45 et la situation est calme, nous assure notre reporter sur place.

12h18 : A Nantes aussi, il y a du monde

Selon notre journaliste sur place, la foule est « impressionnante ».

 

12h16 : Les syndicats annoncent plus de 12.000 manifestants à Montpellier

Ils avaient auparavant fait état de 6.000 manifestants. Il y aurait par ailleurs, toujours selon les organisations syndicales, plus de 5.000 personnes rassemblées à Béziers.

 

12h: A Lyon, des lycéens défilent avec le défilé officiel

A Lyon, un groupe de 300 lycéens ont pris les devants, manifestant avant le départ du cortège officiel, prévu à 13h30. Le point sur la situation par ici et le résumé des perturbations par là.

11h56 : Premiers débordements à Nantes aussi

 

11h55 : A Paris, la situation dégénère également

Les faits se déroulent avenue Dausmenil, nous précise notre journaliste Thibaut le Gal.

 

11h53 : Des jets de projectiles à Rennes

La situation ne se calme pas à Rennes, nous indique notre correspondant, qui a assisté à un premier face-à-face entre les jeunes et les forces de l’ordre. Des projectiles ont été lancés, des lacrymos aussi.

 

11h50 : Des débordements aussi à Paris

Alors que des casseurs tentent de forcer les portes du lycée Zola à Rennes, notre reporter à Paris fait lui aussi état de premiers débordements. Il indique toutefois que la manifestation vient de reprendre son cours normal.

 

11h44 : Des débordements à Rennes

D'après notre correspondant, des casseurs tentent déjà de forcer les portes du lycée Zola à coups de pied. 

 

11h41 : Le policier qui avait frappé un lycéen en garde à vue

L'enquête avance. Une semaine après la diffusion d’une vidéo virale montrant un élève du lycée Bergson (19e), recevant un violent coup d’un policier, celui-ci - convoqué ce jeudi matin dans les locaux de la police des polices - a été placé en garde à vue, selon nos informations. Le point sur l'enquête à lire par ici.

11h37 : A Lille, la situation est encore calme

Ce qui est normal, nous rappelle notre correspondant, puisque la manifestation est prévue à 14h30, au départ de la porte de Paris. Mais cela n'empêche pas certaines perturbations. Le point sur les blocages et les transports à lire par ici

11h35 : La mobilisation des cheminots plus faible que le 9 mars

D’après la direction de la SNCF, 24,2 % des cheminots sont en grève ce jeudi. Lors de la précédente grève unitaire du 9 mars, 35,5 % des cheminots avaient débrayé. Rappelons qu’ils se mobilisent à l’appel de la CGT, de SUD et de FO pour s’opposer à la loi travail mais également pour défendre leurs conditions de travail des cheminots.

11h30 : 90 % de métros et de RER en région parisienne

Si les métros étaient bondés en début de matinée, la régie faisait état à 9 heures de 8 métros sur 10 (au lieu de 3 sur 4) et de 3 trains sur 4 sur son réseau RER A et B (au lieu d’1 sur 2). « Cela s’est encore amélioré, à 10 heures, nous étions à 90 % de métros et RER », a précisé un porte-parole de la RATP.

11h25 : 24,2 % des cheminots sont en grève

L’information émane de la direction de la SNCF. Elle affirme cependant que « l’on roule mieux que prévu sur TGV avec plus de 80 % des trains », alors qu’un train à grande vitesse sur deux était annoncé sur l’axe Nord, 3 sur 4 sur les axes Atlantique et Sud-Est. Les TGV Est et trains internationaux n’étaient pas touchés par l’appel à débrayer lancé par une partie seulement des syndicats (CGT, SUD et FO) sur le double mot d’ordre de la défense des conditions de travail des cheminots et l’opposition à la loi travail. Sur le reste du réseau, la circulation « est conforme » aux prévisions : 4 trains Intercités sur 10 de jour, aucun de nuit, un Transilien sur deux en Ile-de-France (moins sur le RER C et les lignes J, R et U) et un TER sur deux en province. A Toulouse, 75 % des liaisons TER étaient assurées mais seulement 20 % par des trains, le reste l’étant par autocars. A la gare Saint-Lazare, à Paris, des écrans préviennent que « le mouvement social perturbera très fortement la circulation sur les lignes L, A et J ».

11h18 : Des armes dans une des manifestations ? 

D'après nos confrères de BFMTV, les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations en marge des manifestations lycéennes, notamment devant le lycée Condorcet (9e arrondissement) pour jets de projectiles, et dans le Val de Marne pour port d'armes.

11h03 : C'est parti

A Montpellier, le cortège est déjà parti. C'est désormais le cas également à Toulouse, à Nantes ou encore à Rennes, comme nous l'indiquent nos correspondants.

 

11h02 : Mais au fait, que dit le projet de loi ?

D’après notre internaute @2BoutFeneant : « 90 % de ces étudiants qui ne savent pas de quoi on parle ne sont dans la rue que pour sécher les cours bref j’ai eu leur âge ». Pour savoir comment la réforme peut vous toucher, concrètement et au quotidien, lisez cet article qui illustre l’impact de plusieurs mesures sur Sophie, Louise, Karim, David ou encore Abe.

10h55 : 6.000 manifestants à Montpellier

D'après notre correspondant sur place, la mobilisation a réunie 6.000 personnes à Montpellier. Le quartier Antigone est bloqué et la manifestation débute.

 

10h51 : El Khomri recadre Rebsamen

« La politique, c’est une affaire d’action », a rétorqué jeudi la ministre du Travail Myriam El Khomri à son prédécesseur François Rebsamen, qui s’est montré récemment très critique envers le projet de loi travail. « Quand François Rebsamen dit "Je n’attends pas de miracle de cette loi", vous savez, la politique, ce n’est pas une affaire de religion, c’est une affaire d’action », a-t-elle déclaré sur RMC et BFMTV, tout en se défendant de « rajouter (son) petit commentaire ». Son prédécesseur, redevenu maire de Dijon, a estimé lundi qu’il ne fallait pas « attendre de miracle » du projet de loi, qui n’aurait « pas d’impact significatif avant la fin du quinquennat ».

10h46 : A Rennes, une centaine de CRS sont postés

Notre correspondant sur place nous apprend qu'une centaine de CRS sont déjà présents pour sécuriser la place de la mairie. Il nous rappelle également que le parcours de la manifestation, qui s'élancera à 11h de l'esplanade de Gaulle, n'empruntera pas les rues du centre-ville suite au coup de gueule de la maire de Rennes Nathalie Appéré et du préfet après les dégradations commises lors des précédentes manifestations. L'université Rennes 2 est par ailleurs totalement bloquée ce jeudi suite au vote des étudiants en assemblée générale mercredi.

10h40 : A Grenoble aussi, les manifestants sont prêts

 

10h38 : A Avignon, la manifestation va bientôt débuter

Les manifestants s'apprêtent à marcher, sous un ciel voilé mais sans pluie. 

 

10h33 : La Tour Eiffel est fermée

Et elle le sera toute la journée en raison de la mobilisation nationale contre le projet de loi El Khomri, nous indique le compte Twitter du plus célèbre monument de Paris.

 

10h30: A Montpellier, ça commence

Notre correspondant nous indique que le quartier Antigone est bloqué. Il y a du monde. 

 

10h15 : « 20 Minutes » abrite des lycéens

Pour se protéger de la pluie, qui s’est à nouveau invitée dans la mobilisation contre la loi Travail ce jeudi, les lycéens de l’établissement Turgot, à Paris, ont détourné un parasol 20 Minutes, comme le montre ce tweet. Par souci de transparence, sachez toutefois que non, @20Minutes ne sponsorise pas la mobilisation, mais ses journalistes couvriront l'événement tout au long de la journée à Paris, Nantes, Rennes, Lyon, etc.

 

10h15 : Petits points sur la situation dans les lycées et les universités

Le lycée Malherbe de Caen, l’un des plus gros établissements de Normandie, était bloqué par des barrières et des conteneurs à poubelles et une grosse centaine de jeunes était rassemblée devant ses portes, achevant, en musique, de fabriquer des banderoles. Parmi les slogans : « On ne veut pas perdre notre vie à la gagner », « El Khomri ta période d’essai est finie », « Jeunes et pas jetables ». Selon l’Union nationale des lycéens, quatre lycées sont bloqués dans l’agglomération de Caen. A Nantes, où des incidents violents s’étaient produits la semaine dernière lors des manifestations, neuf lycées étaient bloqués. Le défilé des manifestants est prévu pour le milieu de matinée. Côté universités, une assemblée générale de Rennes 2 a voté la grève pour ce jeudi et la présidente de l’université de Grenoble-Alpes a décidé de suspendre les cours jeudi, « exceptionnellement », « afin de ne pas pénaliser les étudiants » souhaitant participer à la mobilisation.

10h11: A Amiens, les étudiants votent l'occupation d'un amphi

Ils ne se contentent pas de le bloquer ce jeudi 31 mars, mais prévoient de l'occuper jusqu'au 20 avril, comme l'avance ce tweet : 

 

10h10 : A Nantes, la situation est difficile

Selon la Semitan, un tiers du personnel de conduite sera en grève. Conséquence, le service sera assuré (il s’arrêtera cependant à 22h30) mais les fréquences vont être fortement allongées : il faudra par exemple attendre entre 6 et 8 minutes pour un tramway ou busway, entre 12 et 15 minutes pour un Chronobus… Le réseau des bus fonctionnera en horaires jaunes. Notre correspondante fait le point par ici.

10h : La situation s’améliore sur les routes franciliennes

Le Centre régional d’information et de coordination routières (CRIR) comptabilise 335 km de ralentissements cumulés sur les routes de la région parisienne, un « trafic dense », assure-t-il, mais en voie « d’amélioration ».

9h56: De nouvelles manifestations prévues les 5 et 9 avril

Les syndicats ne comptent pas relâcher la pression contre le projet de loi El Khomri: Jean-Claude Mailly, numéro un de FO, a annoncé que de nouvelles mobilisations sont d'ores et déjà envisagées pour réclamer le retrait de cette loi et qu'elles se tiendront les 5 et 9 avril.

9h53 : « Une volonté de museler l’expression lycéenne »

Une cinquantaine de lycées de la région parisienne étaient bloqués jeudi par des jeunes opposés à la loi Travail, tandis qu’une grosse vingtaine était fermée par décision administrative, selon les estimations du Syndicat général des lycéens (SGL). Le SGL, une des principales organisations lycéennes, « dénonce » ces fermetures administratives. Son vice-président, Pierre Monquet, y voit « une volonté de museler l’expression lycéenne » et regrette que des centaines de jeunes, qui ne veulent pas forcément manifester, se retrouvent dans la rue. Le syndicat, comme les deux autres organisations lycéennes, l’UNL et la Fidl, ont rejoint l’appel à manifester contre la loi Travail de plusieurs syndicats, dont la CGT.

9h50: Dockers et portuaires mobilisent fortement au Havre et à Rouen

Au Havre, deuxième port français, la CGT a indiqué que plus de 1.500 salariés du port avaient mis en place une dizaine de points de blocage aux différentes entrées de la ville et de la zone industrielle et portuaire. Le blocage le plus spectaculaire est celui du pont de Normandie : des centaines de manifestants occupent depuis 6h du matin le rond-point avant le péage, rendant la circulation très difficile.

A Rouen, dockers et ouvriers portuaires sont aussi à la manœuvre, rendant la circulation difficile sur le grand pont Flaubert, qui est un axe nord-sud important et dont le blocage a immédiatement des répercussions sur la circulation dans toute la ville. Les barrages devaient être levés vers 10h avant les défilés prévus vers 10h30.

 

9h47 : Hollande n’a « pas défendu » le projet de loi El Khomri devant les Français, tacle Bayrou

Le président du MoDem François Bayrou a dénoncé jeudi le « blocage généralisé » du système politique, souhaitant l’avènement d’une « majorité centrale » allant du « centre gauche au centre droit », la « seule réformiste » du pays. « Ce que nous avons sous les yeux comme citoyens, c’est un blocage généralisé, universel. Une impasse dans laquelle nous sommes désormais engagés dans tous les secteurs à peu près de la vie politique du pays », a-t-il commenté sur Public Sénat et Sud Radio. Selon lui, tant sur la révision constitutionnelle que sur la réforme du Code du travail, « la préparation n’avait pas été faite et la pédagogie n’a pas été faite ». François Hollande, a-t-il pointé à cet égard, n’a « pas défendu » le projet de loi El Khomri devant les Français. « Il n’est pas venu une fois. Il ne s’est pas exprimé sur le sujet ».

9h40 : El Khomri « favorable » à un licenciement économique spécifique pour les PME

La ministre du Travail Myriam El Khomri s’est dite « favorable » jeudi à une « différenciation » des critères de licenciements économiques selon la taille des entreprises, comme le réclament les représentants des TPE et des PME. « Si, dans le débat parlementaire, il y a cette proposition de différencier le nombre de trimestres selon la taille de l’entreprise, moi, j’y suis favorable », a annoncé El Khomri sur RMC et BFMTV. Son projet de loi introduit dans le Code du travail des critères de licenciement économique déjà reconnus par la jurisprudence. Par exemple, à défaut d’accord collectif, quatre trimestres consécutifs de baisse du chiffre d’affaires pourraient justifier une rupture. Le rapporteur Christophe Sirugue a indiqué jeudi aux Echos qu’il préparait des amendements rabaissant la durée pour les entreprises de moins de 300 salariés. « Quand une TPE ou une PME a quatre trimestres consécutifs de baisse du chiffre d’affaires, le licenciement, en général, il est fait à la barre d’un tribunal de commerce, c’est un peu tard », a estimé Jean-Michel Pottier, de la CGPME.

9h30: Une vingtaine de lycées parisiens fermés

Au total, une vingtaine de lycées parisiens sont fermés ce jeudi. Ils l'ont été préventivement par leurs proviseurs qui redoutent des débordements. Les lycées Voltaire, Paul-Valéry, Jules-Ferry, Jacques-Decour, Claude-Bernard et Henri-Bergson sont notamment concernés. Dans ce dernier établissement, le blocage avait dégénéré, jeudi 24 mars : des poubelles ont été incendiées et un élève de seconde a été frappé par un policier. La vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux.

8h55: Myriam El Khomri minimise la mobilisation

La ministre du Travail, interrogée sur BFM TV, explique que plusieurs colères se retrouvent dans la rue, et pas seulement l'opposition à son texte. «Il y a une exaspération sur d'autres sujets que la loi Travail. A la SNCF, on manifeste contre la réforme ferroviaire. Tous les syndicats n'appellent pas à manifester», tente-t-elle d'expliquer.

8h39: Il y a 430 km à 8h35  de bouchons au lieu des 260 « habituels » selon le CRIR

8h38: Faut-il craindre des débordements à Rennes?

Traditionnellement, la ville bretonne s'agite lors des manifestations. Nos journalistes font le point.

8h27: A Orly, les perturbations sont bien réelles

A Orly, un vol sur cinq était annulé, comme prévu, avec «30 minutes de retard en moyenne au niveau des départs», indiquent des sources aéroportuaires.

la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies d'annuler préventivement 20% de leurs vols à l'aéroport d'Orly et un tiers à Marseille.

A Roissy, les sources aéroportuaire annonçaient «très peu d'impact», «tous les vols long-courriers et moyen-courriers» étant assurés. «Quelques retards» sont toutefois à prévoir.

8h24: La garantie jeunes fonctionne bien pour certains de ces bénéficiaires

C'est l'une des mesures les moins contestées du nouveau projet de loi travail.

 

8h23: On passe à 400 km de bouchons en Ile-de-France

Contre les 250 km habituels à 8h15.

8h11: Les opposants au projet de loi espèrent faire mieux que la dernière fois

20 minutes fait le point sur les espoirs de mobilisations des syndicats, étudiants et lycéens. C'est à lire ici.

 

8h07: la Une de Libération que vous ne verrez pas ce jeudi

 

8h: Jean-Claude Mailly fait monter la pression

 

7h55: Nathalie Arthaud  tape fort sur Laurent Berger

Nathalie Arthaud, la porte-parole de Lutte ouvrière, n'épargne pas le leader de la CFDT sur France Info.

 

7h54: L'Unef n'est vraiment pas prêt à désarmer

 

7h52: Manuel Valls tient un discours offensif sur RTL

 

7h46: On monte à 365 km de bouchons en Ile-de-France !

C'est le Centre d’information routière qui l'indique.

7h44: Ne cherchez pas vos quotidiens ce jeudi matin

 

7h38: Autant de fermetures de lycée, c'est une première

C'est Philippe Tournier, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale, qui le dit.

 

7h37: Des lycées n'ouvriront pas leurs portes ce jeudi

C'est une mesure préventive.

 

7h33 : Des militants de la CFDT seront dans les cortèges ce jeudi

Ils ont pris le contre-pied de leur confédération en appelant à manifester le 31 mars contre le projet de loi El Khomri… 20 minutes a interrogé des militants qui se sont démarqués de la ligne de leur syndicat. C’est à lire  ici.

7h27 : Ça bouchonne sur les routes franciliennes

280 kilomètres de bouchons ont été enregistrés en Ile-de-France à 7 heures au lieu des 100 kilomètres habituels, selon le Centre d’information routière.

7h24: Les infos sur le trafic des trains en temps réel

Un TER sur deux en province et un train francilien sur deux (moins sur le RER C et les lignes J, R et U) sont annoncés. La SNCF prévoit 4 trains intercités sur 10 de jour et aucun de nuit. Sur le réseau TGV, un train sur deux est prévu sur l'axe Nord, 3 sur 4 sur les axes Atlantique et Sud-Est. En revanche, les TGV Est circuleront normalement et le trafic sera quasi-normal sur les Ouigo (9 sur 10). Les trains internationaux ne sont pas touchés

7h19: Les voyageurs du RER A vont devoir être patients...

A la RATP, le bulletin de trafic en temps réel à 5h45 mentionnait un train sur deux en moyenne sur les lignes A et B du RER (y compris sur les portions gérées par la SNCF).

7h17: Pour tout savoit sur les perturbations prévues dans les transports

20 minutes a fait le point ici.

7h06: La mobilisation devrait toucher l'ensemble du pays

Voici la liste des perturbations attendues. Retrouvez également nos éclairages locaux à Lyon, Marseille, Toulouse ou Rennes.

7h04: Voici la carte des manifestations prévues aujourd'hui dans toute la France

7h02: Bonjour et bienvenue dans ce live.

Journée de protestation massive contre le projet de loi El Khomri. Après la manifestation du 9 mars, qui avait rassemblé plus de 200.000 personnes, syndicats, étudiants et lycéens appellent de nouveau à la mobilisation ce jeudi: plus de 200 défilés, manifestations et rassemblements sont prévus un peu partout en France, selon le décompte de la CGT.

De nombreuses perturbations sont également attendues dans les transports parisiens, mais aussi sur les trains et avions dans l'ensemble du pays, ainsi que dans les crèches, écoles et lycées, mais aussi les hôpitaux et à la Poste. 20 Minutes vous informe en direct tout au long de la journée.