Projet d’attentat déjoué en France : Un second suspect inculpé en Belgique

TERRORISME Blessé à la jambe lors de son interpellation près d’un arrêt de tramway, cet homme a été inculpé…

Vincent Vantighem
— 
Bruxelles (Belgique), le 25 mars 2016. Un démineur procède à la sécurisation d'un quai de tramway après l'arrestation d'Abderamane A, inculpé pour des faits de terrorisme.
Bruxelles (Belgique), le 25 mars 2016. Un démineur procède à la sécurisation d'un quai de tramway après l'arrestation d'Abderamane A, inculpé pour des faits de terrorisme. — PATRIK STOLLARZ / AFP

La coopération franco-belge dans la lutte contre le terrorisme fonctionne à plein régime. Le procureur fédéral belge a indiqué, ce dimanche, qu’un second suspect interpellé en Belgique avait été inculpé dans l’enquête sur un projet d’attentat déjoué jeudi en France.

>> Les faits : Trois personnes arrêtées en Belgique dans l'affaire d'Argenteuil

Après l’arrestation de Reda Kriket, jeudi à Argenteuil (Val d’Oise), et la découverte d’armes et d’explosifs, la police belge avait procédé, vendredi, à plusieurs interpellations dans les environs de Bruxelles. C’est dans ce cadre qu’Abderamane Ameroud a été interpellé près d’un arrêt de tramway. Le procureur a donc indiqué que cet homme avait été inculpé pour des faits de « participation aux activités d’un groupe terroriste ». Tout comme Rabah N, un autre homme inculpé samedi dans cette enquête distincte des attentats de Bruxelles.

La garde à vue de Kriket peut durer jusqu’à mercredi

La France dit avoir déjoué un projet d’attentat « à un stade avancé » en arrêtant jeudi le Français Reda Kriket, ex-braqueur de 34 ans.

Kriket avait été condamné par contumace l’an dernier en Belgique dans le procès d’une filière jihadiste vers la Syrie, dont l’un des principaux prévenus n’était autre que le Belge Abdelhamid Abaaoud, figure des jihadistes francophones du groupe Etat islamique et un des organisateurs présumés des attentats parisiens du 13 novembre.

>> Portrait : Qui est Reda Kriket, soupçonné d'être impliqué à haut niveau

La garde à vue de Kriket en France, toujours en cours, peut durer jusqu’à lundi, voire mercredi en cas de menace d’attentat imminent ou pour des nécessités de coopération internationale.