VIDEO. Attentat déjoué en France: Qui est Reda K. soupçonné d'être «impliqué à haut niveau»

PORTRAIT L’homme est bien connu des services de police pour son appartenance à un réseau djihadiste…

H. B.

— 

Policiers et spécialistes du déminage lors d'une opération anti-terroriste à Argenteuil le 24 mars 2016.
Policiers et spécialistes du déminage lors d'une opération anti-terroriste à Argenteuil le 24 mars 2016. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Un homme suspecté d’être impliqué dans un projet d’attentat en France à un « stade avancé » à Argenteuil dans le Val-d’Oise, a été interpellé jeudi soir à Boulogne-Billancourt par la DGSI.

Agé de 34 ans, le suspect s’appellerait Reda K. (ou Rheda, selon les sources) et il est originaire de Courbevoie dans les Hauts-de-Seine. De nationalité française, il est « suspecté d’être impliqué à haut niveau dans ce projet. Il évoluait au sein d’un réseau terroriste qui projetait de frapper la France », a expliqué jeudi soir le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Condamné à Bruxelles le 29 juillet 2015 dans un procès de filière djihadiste vers la Syrie

L’homme est bien connu des services de police pour son appartenance à un réseau djihadiste mais aussi pour des faits de droit commun (vol et recel), selon des informations confirmées à 20 Minutes.

Il avait été condamné en son absence avec Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques du 13 novembre, à Bruxelles, le 29 juillet 2015, dans un procès de filière djihadiste vers la Syrie.

>> A lire aussi : VIDEO. Explosions à Bruxelles: Nouvelles mesures en France pour renforcer la sécurité

Lors de ce vaste procès d’acheminement de djihadistes vers la Syrie, Reda K. avait écopé de dix ans de prison par défaut. Abdelhamid Abaaoud, tué le 18 novembre 2015 dans l’assaut du Raid contre l’appartement de Saint-Denis dans lequel il avait trouvé refuge, était lui condamné en son absence à 20 ans de réclusion.

Cette filière était dirigée par un Bruxellois de 41 ans, Khalid Zerkani, qualifié par les autorités judiciaires belges de « plus grand recruteur de candidats au djihad qu’on ait jamais connu en Belgique ».

>> A lire aussi : «Oui, la Belgique est le premier exportateur de djihadistes vers le Moyen-Orient»

D’après les éléments de l’enquête, Reda a joué un rôle important dans le financement de la filière, en reversant une partie de ses braquages et activités de recel, au nom du principe musulman de la Ghanima (le partage du butin de guerre).

Activement recherché depuis le mois de janvier

Reda, qui serait parti en Syrie au premier trimestre 2014 selon Le Parisien, était recherché activement depuis le 15 janvier 2016 par la DGSI via une fiche estampillée « diffusion urgente ». Il aurait fait l’objet de nombreuses filatures et écoutes au cours des dernières semaines.

Des armes lourdes et des explosifs en petite quantité ont été retrouvés dans l’appartement à Argenteuil. Les policiers ont achevé la perquisition de cet appartement dans la nuit, mais les enquêteurs pourraient y retourner ce vendredi dans le but de récupérer des empreintes, selon des sources policières à 20 Minutes.