Attentats de Bruxelles et Paris: Le réseau franco-belge au cœur de l'enquête

TERRORISME La justice tente toujours de reconstituer le « puzzle » des personnes impliquées dans les attentats de Paris et Bruxelles…

T.L.G.
— 
Mohamed Belkaïd, Salah Abdeslam, Najim Laachraoui et les frères al-Bakraoui.
Mohamed Belkaïd, Salah Abdeslam, Najim Laachraoui et les frères al-Bakraoui. — AFP

Mise à jour le 8 avril 2016

Mohamed Abrini a été arrêté ce vendredi. L’occasion de relire ce papier qui tente de reconstituer le réseau franco-belge au coeur de l’enquête sur les attentats de Paris et de Bruxelles.

« Nous sommes encore loin d’avoir terminé le puzzle ». Le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw reconnaissait, quelques jours après l’arrestation de Salah Abdeslam, la difficulté pour reconstituer le réseau franco-belge des personnes impliquées dans les attentats du 13 novembre. Des liens avec les attaques de Bruxelles se préciseraient également pour les enquêteurs.20 Minutes fait le point.

Salah Abdeslam- Arrêté

Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins.

Salah Abdeslam, frère de Brahim, est le pivot de l’enquête. Le Français de 26 ans, ami d’Abdelhamid Abaaoud, est suspecté d’avoir eu un rôle logistique avant les attentats. Il est également soupçonné d’avoir acheté du matériel explosif et convoyé les kamikazes au Stade de France. Il a affirmé aux enquêteurs qu’il voulait s’y faire exploser, avant de faire « machine arrière ». Salah Abdeslam aurait échappé de peu à la police à Forest avant d’être arrêté vendredi à Molenbeek.

Mohamed Abrini- Arrêté

Mohamed Abrini sur une photo diffusée par la police belge le 24 novembre 2015

Ce Belgo-Marocain de 31 ans est un ancien petit délinquant radicalisé de Molenbeek. Proche des frères Abdeslam, il était dans une voiture du convoi qui a emmené les assaillants de la Belgique vers la région parisienne le 12 novembre. Le 13 au soir, il aurait été vu dans un bar de Molenbeek avec un autre djihadiste. Son petit frère, mort en Syrie en 2014, aurait fait partie du groupe d'  Abaaoud, indique Libération. Disparu des écrans le lendemain des attaques à Paris, il a été arrêté ce vendredi dans la commune bruxelloise d’Anderlecht. Abrini est-il « l’homme au chapeau », repéré peu de temps avant les explosions aux côtés des deux kamikazes de l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem, Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui ? C’est une des hypothèses de travail des enquêteurs.

L’homme au chapeau- Arrêté ou en fuite ?

Le troisième suspect des attaques de l'aéroport de Bruxelles, activement recherché par la police.

Le parquet belge a lancé jeudi « un appel à la collaboration » pour retrouver « l’homme au chapeau », suspecté d’être impliqué dans les attentats perpétrés à l’aéroport de Zaventem le 22 mars. Mohamed Abrini est-il cet homme ? Son arrestation vendredi devrait permettre aux enquêteurs de répondre rapidement à cette interrogation ?

 

Najim Laachraoui- Mort dans les attentats belges

Photo non datée fournie le 21 mars 2016 par la police fédérale de Najim Laachraoui

Najim Laachraoui,alias Soufiane Kayal, 24 ans, soupçonné d’être l’un des artificiers et coordinateurs présumés des attentats de Paris, à l’instar de Mohamed Belkaïd, a été identifié par son ADN comme le deuxième kamikaze de l’aéroport de Bruxelles. Son ADN avait été retrouvé sur du matériel explosif devant le Stade de France et dans le Bataclan, mais aussi dans des planques utilisées par les commandos en Belgique.

Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir été en liaison avec certains des assaillants le soir des attentats. En septembre dernier, il avait été contrôlé avec de faux papiers au nom de Soufiane Kayal à la frontière austro-hongroise en compagnie de Salah Abdeslam. Il pourrait être l’un des hommes repérés par les caméras de surveillance de l’aéroport de Zaventem, selon la RTBF.

Khalid et Ibrahim El Bakraoui- Morts dans les attentats belges

Montage de deux photos d'archives fourni le 23 mars 2016 par Interpol de Khalid et Ibrahim El Bakraoui

Les deux frères belges sont le premier lien avéré entre les tueries de Bruxelles et Paris. Khalid s’est fait exploser à la station de métro de Maelbeek et Ibrahim à l’aéroport de Bruxelles. Khalid, 27 ans, a été condamné dans une affaire de grand banditisme. Il a loué sous un faux nom un logement à Charleroi utilisé par les commandos avant les attentats de Paris et l’un des appartements où s’était réfugié Salah Abdeslam, à Forest. Ibrahim, 29 ans, a lui été condamné à plusieurs années de prison en octobre 2010 pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov alors qu’il venait de braquer un agent de change à Bruxelles.

Mohamed Belkaïd-Tué par la police

Mohamed Belkaïd, alias Samir Bouzid.

Mohamed Belkaïd a été tué par la police lors d’une perquisition à Forest le 15 mars. Cet Algérien de 35 ans aurait apporté un soutien logistique à Abaaoud dans les attentats de Paris sous le nom de Samir Bouzid. Il est également soupçonné d’avoir été en contact avec des assaillants le 13 novembre. Il aurait reçu, depuis la Belgique, le fameux SMS :  « On est parti, on commence », envoyé par les tueurs du Bataclan. Il aurait également aidé Abaaoud dans sa fuite en envoyant notamment 750 euros à Hasna Ait Boulahcen, sa cousine, via Western Union.

Abdelhamid Abaaoud- Tué lors d’une opération de police

Photo non datée d'Abdelhamid Abaaoud

Ce Belgo-Marocain de 28 ans est une figure des djihadistes francophones de l’Etat islamique. Il est souvent présenté comme l'« un des cerveaux » des tueries de Paris. Ce soir-là, il reçoit un appel depuis la Belgique. Abdelhamid Abaaoud est mort dans l’assaut policier du 18 novembre contre un appartement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).