Attentats de novembre: «En France, il y a 244 procédures en cours» pour terrorisme

TERRORISME Revivez en temps réel la conférence de presse tenue par les procureurs François Molins, en visite à Bruxelles, et Frédéric van Leeuw, au parquet fédéral, dans la capitale belge...

William Pereira
— 
Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam.
Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam. — AP/SIPA
  • Salah Abdeslam est actuellement détenu dans la prison fédérale de Bruxelles
  • Le suspect était «prêt à refaire quelque chose», a affirmé dimanche le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, à lire ici
  • Qui est Abid Aberkan, l'homme qui a conduit malgré lui la police à Salah Abdeslam, à lire ici
  • L'ADN de Najim Laachraoui, dernier complice identifié dans l'enquête sur les attentats de novembre à Paris, a été retrouvé sur «du matériel explosif utilisé lors des attaques", a indiqué lundi une source proche de l'enquête»

Ce live est désormais terminé

Merci d'avoir suivi cette conférence de presse en notre compagnie. Pour terminer, retrouvez notre papier sur les prochaines procédures concernant le dossier Salah Abdeslam, à lire ici

16h30 : En résumé
Aucune grosse révélation n'a été faite par les procureurs van Leeuw et Molins, qui ont préféré s'attarder sur l'efficacité de la collaboration franco-belge ainsi que sur le travail effectué par les deux parties dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. On retiendra tout de même que le dernier suspect identifié, Najim Laachraoui, est apparemment belge et que s'il n'est pas sûr que Salah Abdeslam soit allé aux Pays-Bas, un véhicule loué à son nom, lui, y était bien.

16h20 : Le procureur Molins répond à l'avocat de Salah Abdeslam

C'était l'un des points fort de la conférence de presse qui se tenait au parquet fédéral belge. 

 

16h10 : La langue de bois des procureurs n'a pas plu à grand monde

En représailles, certains usent de sarcasme sur Twitter. La preuve...

 

16h05 : Retour sur les phrases fortes de cette conférence de presse

A défaut d'avoir révélé d'importants éléments d'enquête, M.Molins s'est exprimé sur les moyens juridiques employés par la France pour enquêter sur les attentats du 13 novembre 2015. 

 

16h00 : La conférence de presse est désormais terminée

Les procureurs Molins et van Leeuw quittent à présent la salle de conférences du parquet fédéral belge. Parmi les choses à retenir, la discrétion des parties française et belge sur l’enquête liée aux attentats du 13 novembre. Aucune révélation n’a été concrètement faite cet après-midi »

15h57 : M.Molins, sur la question des éventuels prochains transfèrements de suspects

«L'une des prochaines nécessités des juge d'instruction concernant les prochains dossier, c'est qu'ils vont devoir se décider sur ce qui doit rester en Belgique et être jugé en Belgique et ce qui doit aller à Paris pour être jugé par la justice Française».

15h55 : Optimisme sur le transfèrement de M.Abdeslam

M.Molins: «Oui il faut etre optimiste, ça constitue une attente forte de la justice et des familles des victimes. Il faut être patient. C'est à Abdeslam de choisir. Soit il consent rapidement et il est conduit rapidement en France, soit il ne consent pas et les procédures seront plus longues. Mais le délai, c'est 3 mois.»

15h50 : Zones d'ombre sur les activités d'Abdeslam entre novembre et mars

«Nous n'avons pas la ligne du temps exacte entre le mois de novembre et le moment de son arrestation. Il reste beaucoup de points que M.Abdeslam doit encore éclairer.»

15h47 : M.van Leeuw, toujours
«Il y a une possibilité d'avoir des audiences vidéofilmées. Je pense que la défense doit aussi avoir la possibilité de prendre connaissance du dossier. C'est un dossier tentatculaire, il y avait 400 enquêteurs dessus. La défense doit pouvoir avoir le temps de proposer une défense intéressante par rapport à M.Abdeslam.»

15h43 : M.van Leeuw et le pique-nique des suspects de Forest


«On ne peut pas toujours dire ce que les personnes avaient l'intention de faire, car le but de nos actions, c'est d'intervenir avant que les actions se produisent. Ce que l'on peut dire, c'est qu'au vu des armes et du matériel trouvé sur place, il est évident qu'ils n'allaient pas faire un pique-nique.»

15h40 : 315 nouveaux dossiers de terrorisme en Belgique
«Nous avons une menace générale qui occupe tous les services européens. En 2015 nous avons ouvert 315 nouveaux dossiers de terrorisme au niveau fédéral. Ca montre l'ampleur du phénomène auquel nous devons faire face. Il n'y a pas que les attentats de Paris qui nous occupent malheureusement». Il y en a 244 concernant 772 individus en France d'après M.Molins.

15h38 : Les indices ne sont pas des preuves

M.Van Leeuw : «Il y a pas mal de supposition qui sortent. Nous travaillons sur des indices. Un indice ne devient pas nécessairement une preuve, c'est pourquoi nous sommes prudents sur notre communication.»

15h35 : Rien de neuf sur Najim Laachraoui

Les procureurs jouent la carte de la discrétion notamment concernant les dernières révélations faites au sujet de Najim Laachraoui, dernier complice identifié dans l'enquête des attentats du 13 novembre. 

15h33 : François Molins répond aux questions de la presse

« Il est essentiel de laisser les enquêteurs travailler par rapport aux éventuelles déclarations d’Abdeslam. Les informations doivent etre traitées de la manière la plus discrète possible avant de pouvoir informer le public de cela.»

15h30 : François Molins prend la parole

François Molins: «Je voudrais tout d'abord souligner le travail immense fourni par la juge d'instruction belge. Je souhaite aussi revenir sur la qualité des contacts entre les deux procureurs mais aussi entre les deux équipes d'enquêteurs.»

15h25 : La conférence de presse commence

«Nous sommes conscients d'être confrontés à des groupes qui ne connaissent pas les frontières et qui sont parfois liés par la langue, entre autres, le français. »

15h15 : La conférence va bientôt débuter

Les instructions concernant la conférence de presse sont en train d'être données aux journalistes présents au parquet fédéral. 

15h05 : Des journalistes manquent encore à l'appel

La conférence devrait débuter après l'entrée des derniers journalistes qui, comme le veut la procédure habituelle, sont soumis à des contrôles de sécurité préalables. 

15h00 : Conférence de presse tenue à Bruxelles

La conférence de presse des procureurs Molins et van Leeuw à Bruxelles devrait commencer dans peu de temps.