Salah Abdeslam arrêté: Son avocat veut porter plainte contre le procureur François Molins

MOLENBEEK Selon lui, François Molins a violé le secret de l’instruction lors de sa conférence de presse, samedi soir…

R.S.
— 
L'avocat belge de Salah Abdeslam, Sven Mary, parle à la presse devant le siège de la police fédérale à Bruxelles le 19 mars 2016
L'avocat belge de Salah Abdeslam, Sven Mary, parle à la presse devant le siège de la police fédérale à Bruxelles le 19 mars 2016 — Aurore Belot Belga

« La lecture d’une partie de sa conférence de presse est une violation [du secret de l’instruction]. C’est une faute et je ne peux pas la laisser passer ». Voilà comment Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam justifie son intention de porter plainte contre le procureur de la République de Paris, selon une info de la RTBF.

Lors de son intervention devant la presse, samedi soir, 24h après l’arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek, François Molins avait notamment expliqué que le suspect des attentats de Paris avait affirmé aux enquêteurs belges qu’il avait l’intention de « se faire exploser au Stade de France et qu’il avait fait, je cite, machine arrière ».

Expliquer sa présence dans le 18e arrondissement le 13 novembre

Puis il avait enchaîné : « Ces premières déclarations, qu’il faut prendre avec précaution, laissent en suspens toute une série d’interrogations sur lesquelles Salah Abdeslam devra s’expliquer, en particulier quant à sa présence dans le 18e arrondissement le 13 novembre, le soir, dès 22h00, après avoir déposé le commando du Stade de France à bord du véhicule Clio, ainsi que sur les raisons qui l’ont poussé à abandonner sa ceinture explosive à Montrouge. »

Pour l’avocat, ce sont des mots qui n’auraient pas dû être prononcés publiquement à ce stade de l’enquête. «Il a violé le secret de l'enquête. Jusqu'à présent, personne n'avait donné de détails sur l'enquête, seulement sur l'état médical de mon client et sur le déroulement de la procédure à venir», a par ailleurs déclaré Sven Mary au quotidien néerlandophone De Standaard.

Toutefois, le code de procédure pénale français, qui encadre le secret de l'instruction, permet à un procureur de s'y soustraire dans certaines conditions.