Attentats du 13 novembre: Salah Abdeslam dit avoir renoncé à «se faire exploser au Stade de France»

TERRORISME Le procureur de Paris a dévoilé les premières déclarations du terroriste présumé à la justice belge...

A.B. avec AFP
— 
Le procureur de la République de Paris, François Molins, le 19 mars 2016 à Paris.
Le procureur de la République de Paris, François Molins, le 19 mars 2016 à Paris. — T.OLIVA / AFP

Salah Abdeslam, suspect clé des attentats du 13 novembre arrêté vendredi à Molenbeek, a affirmé aux enquêteurs belges qu’il « voulait se faire exploser au stade de France » le soir des attentats, avant de faire « machine arrière », a déclaré samedi à Paris le procureur de Paris François Molins.

« Une série d’interrogations »

« Ces premières déclarations, qu’il faut prendre avec précaution, laissent en suspens toute une série d’interrogations sur lesquelles Salah Abdeslam devra s’expliquer », a ajouté le procureur au cours d’une conférence de presse. Il évoque « en particulier » la présence du djihadiste dans le XVIIIe arrondissement de Paris le 13 novembre « dès 22 heures, après avoir déposé le commando du Stade de France » avec une Clio noire, retrouvée quatre jours après les attentats dans cet arrondissement, place Albert-Kahn.

« Dans un communiqué diffusé immédiatement après les attentats, il était mentionné par Daech la commission d’un attentat dans le XVIIIe arrondissement », a rappelé François Molins. « Les investigations devront donc s’attacher à déterminer sur ce point si une action kamikaze de Salah Abdeslam devait bien avoir lieu dans le XVIIIe arrondissement. »

« Un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre »

Le suspect, âgé de 26 ans, « apparaît, à ce stade des investigations, comme ayant eu un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre, dans la préparation logistique des attentats et enfin en étant lui-même présent à Paris le 13 novembre », a ajouté le procureur. Le jihadiste « a participé à l’arrivée d’un certain nombre de terroristes en Europe », a-t-il affirmé, soulignant notamment qu’il avait au cours de l'été et de l'automne 2015 « multiplié les déplacements en Europe au moyen de locations successives de véhicules ».

L’arrestation de Salah Abdeslam est une « avancée très forte » pour l’enquête, a estimé François Molins. « Les investigations se poursuivent sans relâche, en France et en Belgique », pour cerner « tous les acteurs » de ces attaques, qui avaient fait 130 morts et des centaines de blessés.

Le mandat d’arrêt européen lui a été notifié samedi « à 16h15 par un magistrat du parquet fédéral belge », a encore dit le procureur de Paris. « Salah Abdeslam n’a pas consenti à sa remise aux autorités françaises », ce qui ne l’empêche en rien. Celle-ci interviendra dans un délai qui peut aller de « quelques jours à trois mois », a-t-il ajouté.

La justice belge, elle, a inculpé Salah Abdeslam samedi pour « meurtres terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste » par la justice belge.