Arrestation à Molenbeek : Salah Abdeslam ne sera pas transféré en France samedi

ENQUETE Le terroriste présumé a quitté l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, samedi matin…

Vincent Vantighem

— 

Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam.
Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016. Des policiers extraient un suspect qui pourrait être Salah Abdeslam. — AP/SIPA

La journée risque d’être longue pour Salah Abdeslam… Celles qui vont suivre également. Arrêté, vendredi à Molenbeek, le terroriste présumé du 13 novembre a quitté, samedi matin, l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles (Belgique) où il était soigné pour une blessure au genou, occasionnée lors de l’arrestation.

>> En direct : Suivez les événements de la journée de samedi

Le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, a confirmé, sur son compte Twitter, qu’Abdeslam et l’homme qui a été arrêté avec lui vendredi, ont bien quitté l’hôpital vers 8h. Ils ont été transférés pour être placés en garde à vue au siège de la police fédérale belge.

Le magistrat français doit délivrer un mandat d’arrêt européen

« On veut maintenant savoir quand il va être transféré en France », martèle Patricia Correia qui a perdu sa fille dans les attentats du Bataclan. Ce ne sera pas pour tout de suite. Selon nos informations, le magistrat qui instruit l’affaire en France doit d’abord délivrer, aux autorités belges, un mandat d’arrêt européen afin qu’elles lui remettent le suspect.

« Cela pourrait être aujourd’hui mais ce n’est pas sûr du tout », indique une source judiciaire.Une fois que cela sera fait, les autorités belges devront donc ordonner la « remise » – et non « l’extradition » comme cela a été indiqué par erreur – du suspect. « Mais Salah Abdeslam peut encore déposer des recours pour faire traîner les choses », explique une source proche du dossier.

>> Justice : Comment Abdeslam pourrait être «remis» à la France

A la prison de Namur en attendant ?

En attendant, les policiers français ne pourront pas l’interroger. « Ils peuvent assister à un interrogatoire mené par leurs collègues belges mais ne peuvent pas poser de question car la procédure le leur interdit », explique Laurence Blisson, secrétaire nationale du syndicat de la magistrature (classé à gauche).

Reste à savoir où le terroriste présumé va être hébergé en Belgique avant donc son arrivée probable en France. Alors que beaucoup de victimes redoutent que le suspect ne se suicide, France Info assure, samedi, qu’il pourrait rejoindre la prison de Namur, spécialisée dans la prise en charge des terroristes. « La cellule numéro huit », lui a même déjà été réservée, assure Quentin Dickinson, correspondant permanent à Bruxelles de Radio France.

Photo de la prison de Namur.
Photo de la prison de Namur. - GOOGLE

Contacté par 20 Minutes, samedi, le parquet de Paris n’exclut pas de faire une conférence de presse en fin de journée pour faire le point sur la situation.