Arrestation de Salah Abdeslam: Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande et Charles Michel

TERRORISME Le chef de l'Etat français et le Premier ministre belge sont revenus ce vendredi soir sur opération policière qui  a eu lieu  à Molenbeek, près de Bruxelles, en Belgique...

C. A. avec AFP

— 

Le Premier ministre belge et le président français François Hollande lors d'une conférence de presse le 18 mars 2016, après l'arrestation de Salah Abdeslam à Bruxelles.
Le Premier ministre belge et le président français François Hollande lors d'une conférence de presse le 18 mars 2016, après l'arrestation de Salah Abdeslam à Bruxelles. — THIERRY MONASSE / AFP

Lors d’une conférence de presse conjointe, le chef de l’Etat François Hollande et le Premier ministre belge Charles Michel ont fait le point après l’arrestation du djihadiste présumé Salah Abdeslam ce vendredi à Molenbeek, à côté de Bruxelles.

>> A lire aussi : Suivez en direct les événements après l'opération policière à Molenbeek

Cinq suspects arrêtés, dont Salah Abdelsam

Salah Abdeslam, suspect clé des attentats meurtriers de novembre à Paris, a bien été arrêté vendredi à Bruxelles, a confirmé le Premier ministre belge Charles Michel. Le procureur fédéral a précisé que quatre autres personnes avaient également été appréhendées.

« J’ai une pensée pour les victimes des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis », a dit de son côté François Hollande. « Parce que Salah Abdeslam est directement lié aux attentats. Je pense aux familles qui attendaient cette arrestation », qui doit permettre de faire éclater la vérité sur les attentats de novembre.

Salah Abdelsam devrait bientôt être extradé vers la France

Le président français s’attend à ce que la Belgique extrade « le plus rapidement possible » vers la France Salah Abdeslam, en cavale depuis quatre mois. « Salah Abdeslam était sous le coup d’un mandat d’arrêt européen. Je ne doute pas que les autorités judiciaires françaises vont adresser très vite une demande d’extradition » et « que les autorités belges y répondront le plus favorablement possible, le plus rapidement possible », a-t-il précisé.

>> A lire aussi : Molenbeek: Salah Abdeslam pourrait être remis «très rapidement» aux autorités françaises

Côté belge, cette extradition ne semble pas faire de doute : « C’est normal (…) que Salah Abdeslam soit extradé et que la justice française traite le cas », a déclaré le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, interrogé sur la télévision privée RTL-TVI. Il a souligné que les faits les plus graves qui lui étaient reprochés avaient été commis en France.

Le président français a félicité le Premier ministre belge et les forces de sécurité belges, rappelant totuefois que le combat contre le terrorisme et la coopération entre les deux états devaient se poursuivre.

Le réseau djihadiste impliqué est « très large »

« Tous ceux qui ont permis, organisé ou facilité » les attentats de Paris et de Saint-Denis sont « beaucoup plus nombreux » qu’envisagé au départ, a souligné François Hollande. « L’arrestation [de Salah Abdeslam] est une étape importante mais elle n’est pas une conclusion définitive » a-t-il tenu à rappeler. « Il y a déjà eu des arrestations et il devra y en avoir d’autres, car le réseau [djihadiste] est très large en Belgique, en France, et dans d’autres pays européens ».

« Nous nous apercevons, sans entrer dans les détails de l’enquête, qu’ils sont beaucoup plus nombreux que ce que nous avions pu à un moment penser et identifier », a-t-il poursuivi.

Et le président français de préciser que « tant que nous n’aurons pas arrêté tous ceux qui ont pu entretenir, participer, financer, le réseau qui a réalisé ces attentats, les actes de guerre du 13 novembre, notre combat ne sera pas terminé ».

Un Conseil de défense réunit samedi à l’Elysée

François Hollande a ensuite annoncé qu’il réunirait ce samedi matin à l’Elysée un Conseil de défense, promettant de « continuer et poursuivre » la lutte contre les réseaux djihadistes.

« Notre combat ne sera pas terminé et dès demain matin, compte tenu des informations qui m’ont été communiquées, je réunirai le Conseil de defense », composé des ministres chargés de la sécurité et les principaux responsables sécuritaires français.