Molenbeek: Comment Salah Abdeslam a échappé au moins trois fois à la police depuis novembre

TRAQUE La cavale du terroriste présumé a duré plus de quatre mois depuis les attentats de Paris…

Vincent Vantighem

— 

Une opération antiterroriste est mené dans le quartier de Forest à Bruxelles depuis le 15 mars 2016.
Une opération antiterroriste est mené dans le quartier de Forest à Bruxelles depuis le 15 mars 2016. — DIRK WAEM / Belga / AFP

Certains enquêteurs en venaient à redouter qu’il soit reparti tranquillement en Syrie… Mais non, Salah Abdeslam, suspect numéro un depuis les attentats de Paris en novembre, est bien resté planqué plus de quatre mois en Belgique. Les enquêteurs ont fini par l’appréhender ce vendredi à Molenbeek, cette ville limitrophe de Bruxelles où les terroristes ont préparé leurs méfaits.

>> En live : Suivez les événements en direct

Depuis le 13 novembre, les forces de l’ordre l’ont laissé échapper au moins à trois reprises. 20 Minutes revient sur les trois épisodes au cours desquels le terroriste présumé est passé entre les mailles du filet…

  • 14 novembre : Relâché par les gendarmes sur l’autoroute

Ça s’est joué à un quart d’heure près… Le 14 novembre, Salah Abdeslam est en route pour la Belgique après la sanglante nuit du Bataclan. Deux amis sont spécialement venus le chercher depuis Bruxelles.

>> Infographie : Le parcours de Salah Abdeslam 

Sur l’A2, à hauteur de Cambrai (Nord), il est alors contrôlé par une patrouille de gendarmes. Mais ceux-ci n’ont pas encore reçu le signalement du suspect et le laissent naturellement poursuivre sa route vers le plat pays. Selon une source judiciaire, les informations sur Salah Abdeslam ont été communiquées à toutes les patrouilles quinze minutes après son passage…

 

  • 16 novembre : Planqué dans un meuble ou une voiture ?

L’information n’a pas été confirmée. Ni démentie d’ailleurs. Car elle aurait pu coûter son poste au ministre de la Justice belge. Le 16 novembre, les enquêteurs prennent position autour du 47 rue Delaunoy à Molenbeek. Seul problème, ils ne peuvent intervenir en raison d’une loi qui interdit les perquisitions entre 21h et 5h.

>> Les faits : Que s'est-il passé au 47 rue Delaunoy ?

Un délai que les complices de Salah Abdeslam auraient mis à profit pour l’exfiltrer discrètement. Citant des sources proches du dossier, la chaîne de télévision RTBF assure que le terroriste présumé aurait profité de ce sursis pour se cacher dans un meuble – on parle d’un buffet – et quitté le périmètre de sécurité lors d’un simulacre de déménagement.

  • 15 mars : En fuite après avoir bu un verre ?

L’électricité était coupée depuis des mois. Aussi les policiers n’ont-ils pas prévu de dispositif spécial en se rendant, mardi dernier, dans un appartement de Forest, ville du sud de Bruxelles. Mais des suspects étaient bien sur place. L’échange de coups de feu a fait un mort parmi les cibles et quatre blessés, dont une policière française, chez les forces de l’ordre.

>> Ce que l'on sait de la perquisition qui a mal tourné

Surtout, deux suspects ont profité de l’occasion pour se faire la malle. Salah Abdeslam était-il l’un d’entre eux ? Rien ne permet de le dire avec certitude. Mais en entrant dans l’appartement, les enquêteurs ont découvert un « verre humide » sur lequel son ADN a été retrouvé.