VIDEO. Bataclan: Des victimes choquées par la reconstitution

TERRORISME Le déroulé de l'attaque va être reproduit dans le cadre des travaux de la commission d'enquête parlementaire...

H. B.

— 

Le Bataclan, après les attentats du 13 novembre 2015.
Le Bataclan, après les attentats du 13 novembre 2015. — Miguel MEDINA

Plus de quatre mois après les attentats qui ont endeuillé la capitale, une reconstitution est organisée ce jeudi dans le cadre des travaux de la commission d’enquête parlementaire. Une initiative qui choque plusieurs victimes.

« C’est à la justice et à elle seule de prendre ce genre d’initiative »

L’objectif de cette reconstitution est de mieux comprendre la chronologie des faits, la trajectoire des terroristes et l’intervention des secours. Mais pour une partie des victimes, c’est « inapproprié et indigne ».

« C’est honteux (…) Cette simili reconstitution met en danger le travail des juges d’instruction. C’est à la justice et à elle seule de prendre ce genre d’initiative », s’est indigné l’avocat Me Jean Reinhart qui défend les intérêts de douze familles concernées, cité par Le Parisien. L’avocat dit avoir reçu de nombreux appels de victimes très en colère. « C’est un manque de respect à l’égard des victimes (…) Il s’agit d’un évènement à la fois incompréhensible, inapproprié et indigne », ajoute Me Jean Reinhart.

« Un simple déplacement »

Pour se défendre, on explique à l’Assemblée nationale qu' « il s’agit d’un simple déplacement des membres de la commission qui souhaitent mieux visualiser les évènements évoqués par les nombreux acteurs qu’ils ont auditionnés. Aucun figurant ne sera mis à contribution ».

>> A lire aussi : Une rescapée du Bataclan se voit refuser une assurance

Cette reconstitution, qui devrait débuter ce jeudi vers 9h30 dans la salle de spectacle parisienne, devrait durer toute la matinée, a confirmé le député Les Républicains Georges Fenech, président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de Paris.

Elle doit se tenir à huis clos, mais de nombreux journalistes sont déjà sur place.

Les attaques du 13 novembre ont fait 130 morts et des centaines de blessés. Le nombre total de victimes, physiques ou psychologiques, est estimé à 4.000, selon la commission parlementaire sur les attentats. Celle-ci, qui multiplie les auditions, rendra la conclusion de ses travaux en juillet.