Attentats de novembre: Hasna Aït Boulahcen a été enterrée en région parisienne

SOCIETE La jeune femme avait aidé son cousin Abdelhamid Abaaoud a trouvé une planque après les attentats de novembre…

Clémence Apetogbor

— 

Capture d'écran d'une vidéo du Parisien montrant Hasna Ait Boulahcen, la jeune femme soupçonnée de s'être fait exploser à Saint-Denis.
Capture d'écran d'une vidéo du Parisien montrant Hasna Ait Boulahcen, la jeune femme soupçonnée de s'être fait exploser à Saint-Denis. — Le Parisien

La cousine d’Abdelhamid Abaaoud, Hasna Aïtboulahcen, a été enterrée mardi au cimetière intercommunal de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), a fait savoir une source policière.

La jeune femme de 26 ans, décédée le 18 novembre dans l’assaut du Raid contre l’appartement de Saint-Denis où se cachait son cousin, organisateur présumé des attentats, a été inhumée dans le carré musulman vers 17h30, après la fermeture du cimetière au public, a précisé cette source. Sa sépulture est anonyme.

Finalement enterrée en France et non au Maroc

La justice française avait délivré un permis d’inhumer fin janvier et sa famille, d’origine marocaine, avait émis le désir qu’elle soit enterrée au Maroc.

Mais, faute de « réponse rapide » et face au « statu quo des autorités marocaines », la famille d’Hasna Aïtboulahcen avait « décidé de précipiter les choses » et de l’inhumer près de son domicile d’Aulnay-sous-Bois, dont dépend le cimetière de Tremblay, avait expliqué Me Fabien Ndoumou, avocat de la famille, la semaine dernière.

>> A lire aussi : Hasna Ait Boulahcen «était juste un peu perdue» selon sa sœur

Radicalisée en quelques mois

Née en France, Hasna Aïtboulahcen est morte dans l’appartement de Saint-Denis où son cousin, le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, et un autre des assaillants du 13 novembre, Chakib Akrouh, avaient trouvé refuge. L’aide de la jeune femme, radicalisée en quelques mois, avait été décisive pour trouver ce logement.

>> A lire aussi : Le dernier échange entre la kamikaze et les policiers lors de l'assaut de Saint-Denis

Quatre mois après les attentats les plus meurtriers commis en France (130 morts, plusieurs centaines de blessés), seuls deux des djihadistes ont été inhumés, Samy Amimour et Omar Mostefaï, deux assaillants du Bataclan. Ils ont été enterrés en région parisienne.