VIDEO. Des victimes portent plainte contre Jean-Marc Rouillan pour apologie du terrorisme

JUSTICE Pour l'AFVT, ces propos sont «dans une indécence absolue à l'égard des victimes de ce massacre»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le cofondateur de l'organisation armée d'extrême-gauche Action directe, Jean-Marc Rouillan, le 17 décembre 2007 à Marseille.
Le cofondateur de l'organisation armée d'extrême-gauche Action directe, Jean-Marc Rouillan, le 17 décembre 2007 à Marseille. — M. GANGNE / AFP

Déjà visé par une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme ouverte par le parquet de Paris, l’ex-membre d’Action directe Jean-Marc Rouillan fait désormais l’objet d’une plainte déposée par l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT). L’AFVT va porter plainte pour « apologie du terrorisme », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Le cofondateur du groupuscule d’extrême gauche avait déclaré ce lundi dans une interview au mensuel marseillais Le Ravi que les auteurs des attentats djihadistes de novembre étaient « courageux ». « Moi, je les ai trouvés très courageux, en fait. Ils se sont battus courageusement : ils se battent dans les rues de Paris (alors qu’ils) savent qu’il y a 2.000 ou 3.000 flics autour d’eux », déclare Jean-Marc Rouillan.

« Une indécence absolue »

Des déclarations qualifiées de « bouillie intellectuelle » par l’AFVT. Ces propos sont « dans une indécence absolue à l’égard des victimes de ce massacre », ajoute-t-elle, estimant que M. Rouillan « se vautre (…) une fois de plus dans la violence ».

>> A lire aussi : Jean-Marc Rouillan dément avoir qualifié les terroristes de «courageux»

« Ces propos sont une offense à la mémoire des victimes et une blessure supplémentaire pour des familles qui ont déjà beaucoup enduré », avait réagi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, lors de son audition, ce lundi, par la commission d’enquête parlementaire mise en place après les attentats.

Condamné pour assassinats, le cofondateur d’Action directe, organisation armée d’extrême gauche qui commettait dans les années 1980 assassinats et attentats, est actuellement en liberté conditionnelle.