Hollande sifflé au salon de l'agriculture: La FNSEA présente ses excuses

POLEMIQUES Les images du président de la République malmené par les agriculteurs samedi à l'ouverture de la manifestation ont fait le tour des médias....

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, et le président Francois Hollande le 27 février 2016 au Salon de l'Agriculture à Paris
Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, et le président Francois Hollande le 27 février 2016 au Salon de l'Agriculture à Paris — BENOIT TESSIER POOL

Hollande sifflé, Hollande insulté, Hollande malmené par des agriculteurs en colère. Voilà les images que tout le monde a retenu samedi, pour l'ouverture du salon de l'agriculture. Des images qui ne sont pas du goût du président de la FNSEA, Xavier Beulin, qui a présenté dimanche des «excuses».

«Je présente des excuses pour les noms qui ont été prononcés à l'égard du président», a déclaré Xavier Beulin sur Europe 1. François Hollande a été accueilli au salon par des sifflets accompagnés d'appels à la démission et d'insultes - «connard», «fumier», «bon à rien», entre autres - lancés par des éleveurs en colère.

Un «appel au calme»

«Ça n'est pas respectable, ni pour la fonction, ni pour la personne», a affirmé le patron du premier syndicat agricole français, ajoutant toutefois que «les mouvements qui ont eu lieu tout au long du parcours du président, c'était tout simplement l'expression d'une colère, d'un désespoir».

Par ailleurs, il a précisé ne pas avoir été averti de l'intention de certains membres de la FNSEA d'Ile-de-France qui ont démonté le stand de l'Agriculture samedi matin, poussant les CRS à intervenir. Plusieurs manifestants ont alors été blessés. «J'ai été prévenu au moment où c'est arrivé», a-t-il assuré, estimant qu'il n'est pour autant «pas débordé» par sa base syndicale.

«Les forces de l'ordre ont cru bon de charger un peu intempestivement et du coup ça a créé l'incident qu'on a vu», a-t-il expliqué. Prédisant «des mouvements spontanés» durant le salon, Xavier Beulin a lancé un «appel au calme» à la veille de la visite lundi du Premier ministre, Manuel Valls.