Prisons: Les femmes détenues victimes de «discrimination»

JUSTICE Les femmes privées de liberté sont l’objet de discriminations importantes dans l’exercice de leurs droits fondamentaux, affirme la contrôleure des prisons, Adeline Hazan...

20 Minutes avec AFP

— 

La prison pour femmes le 28 février 2014 à Rennes
La prison pour femmes le 28 février 2014 à Rennes — FRANK PERRY AFP

Le traitement des femmes en prison est à revoir. Minoritaires en nombre, les détenues font l’objet de discriminations importantes dans l’exercice de leurs droits fondamentaux, dénonce la contrôleure des prisons, Adeline Hazan. Dans un avis publié ce jeudi, elle recommande  des modifications dans leur prise en charge.

>> A lire aussi : La Contrôleure générale va se rendre à Fresnes pour observer le regroupement des détenus radicaux

Introduire une forme de « mixité » contrôlée proposée

Maintien difficile des liens familiaux, hébergement insatisfaisant, accès réduit ou inadéquat aux activités, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) dresse un portrait critique de l’état de la prise en charge des femmes dans les établissements pénitentiaires, mais aussi dans les commissariats, les centres de rétention et les établissements de santé.

Parmi ses recommandations, elle propose d’introduire une forme de « mixité » contrôlée dans les établissements pénitentiaires pour notamment « accroître et diversifier l’offre des activités pour les femmes ».

Son avis, déjà transmis aux ministères de la Justice, de l’Intérieur et des Affaires sociales et de la Santé, est publié jeudi au Journal officiel.

3,2 % de la population carcérale

Les femmes ne représentent aujourd’hui que 3,2 % de la population carcérale et 5 % à 6 % des centres de rétention administrative. Les jeunes filles constituent 6 % des mineurs des centres éducatifs fermés et 38,21 % des patients admis en établissement de santé mentale sont des femmes, selon le texte.

« Il serait loisible de penser que ce faible nombre de femmes privées de liberté faciliterait la prise en charge et permettrait un strict respect des droits fondamentaux mais il n’en est rien et la réalité est que les femmes ne bénéficient pas des mêmes droits que les hommes privés de liberté », constate la contrôleure.