Corse: Des incidents éclatent entre manifestants et gendarmes à Corte

VIOLENCES Des incidents sont survenus ce lundi soir à Corte entre des manifestants et des gendarmes mobiles. Aucun blessé n’est à déplorer…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une voiture de police, devant le tribunal d'Ajaccio, en Corse, le 12 mai 2014
Illustration d'une voiture de police, devant le tribunal d'Ajaccio, en Corse, le 12 mai 2014 — PASCAL POCHARD-CASABIANCA AFP

Des incidents ont éclaté ce lundi soir à Corte, en Haute-Corse, entre manifestants et gendarmes mobiles, lors d’un rassemblement de près de 500 personnes devant la gendarmerie de la ville pour dénoncer les poursuites judiciaires à Reims contre huit supporters du club de football de Bastia.

>> A lire aussi : Incidents à Bastia après le rassemblement de soutien au supporter qui a perdu un oeil à Reims

Les forces de l’ordre ont lancé des grenades lacrymogènes

Des dizaines de jeunes manifestants cagoulés ou portant des capuches ont lancé, peu avant 20h, divers projectiles (pierres, planches, gros pétards) en direction des gendarmes mobiles venus de Bastia, massés derrières les grilles de la gendarmerie. Les forces de l’ordre ont riposté en lançant des grenades lacrymogènes, faisant reculer les manifestants qui revenaient ensuite les harceler. Aucun blessé n’était à déplorer.

Soutien aux supporters du SC Bastia 

Près de cinq cents personnes, en majorité des étudiants, mais aussi des militants nationalistes, s’étaient rassemblées en fin d’après-midi devant la gendarmerie de Corte, située à la périphérie de la ville dans un quartier pavillonnaire pour apporter leur soutien aux supporters du SC Bastia poursuivis à Reims pour violences à la suite d’incidents avec la police samedi soir après le match de L1 Reims-SC Bastia.

>> A lire aussi : Sept supporters bastiais jugés en comparution immédiate

Les représentants des syndicats étudiants qui avaient appelé à cette manifestation après une réunion publique dans l’après-midi à l’université de Corte décrétée « université morte », n’avaient pas souhaité s’exprimer, disant attendre le jugement du tribunal correctionnel de Reims.