96% des jeunes conducteurs achètent d'abord une voiture d’occasion

AUTOMOBILE Selon une enquête réalisée en janvier, un quart des jeunes automobilistes consacrent entre 1.000 et 2.000 euros pour l’achat de leur première voiture...

H. B.

— 

Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats unis. Toulouse. Illustration voiture, achat.
Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats unis. Toulouse. Illustration voiture, achat. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

Ça n’est pas une surprise, les jeunes automobilistes fraîchement titulaires du permis de conduire préfèrent acheter une voiture d’occasion, selon une enquête réalisée par Le Jeune Conducteur en janvier 2016 auprès d’un panel de 2.800 jeunes conducteurs, âgés de 18 à 24 ans.

Un quart d'entre eux dépense entre 1.000 et 2.000 euros pour leur première voiture

Un quart de ces jeunes consacrent ainsi entre 1.000 et 2.000 euros à l’achat de leur première voiture. Ils sont 19 % à payer entre 2.000 et 3.000 euros pour leur premier véhicule, 13 % à débourser entre 3.000 et 5.000 euros, 11 % envisagent des montants compris entre 5.000 et 10.000 euros tandis que seulement 6 % peuvent viser des voitures plus chères encore.

À l’opposé, ils sont tout de même 15 % à devoir se contenter de montants inférieurs à 1.000 euros. Mais heureusement, 12 % des jeunes conducteurs se voient offrir leur premier véhicule par leurs parents, ce qui représente une proportion relativement élevée.

A lire aussi : Dépenses automobile, le poids lourd du budget des Français rétrograde

Très partagés sur le type d’assurance à souscrire

39 % des jeunes conducteurs déclarent privilégier l’assurance au tiers, soit le minimum légal. La plupart préfère donc payer moins mais prendre le risque d’être peu couvert en cas d’accident ou de panne. 26 % optent pour ce choix mais ajoutent à l’assurance au tiers différentes garanties afin de ne pas être pris au dépourvu en cas d’accident. Ils sont tout de même 35 % à opter pour une assurance tous risques : un chiffre qui peut paraître élevé chez les jeunes mais qui reflète le plus souvent leur désir de ne pas se « mettre dans le rouge » financièrement au moindre pépin.

A lire aussi : Vos tarifs d'assurance vont-ils augmenter en 2016 ?