La lutte contre les théories du complot? «C'est un complot!»

TEMOIGNAGES Le gouvernement veut s'attaquer aux contrevérités qui circulent sur le Net. Ce n'est pas gagné...

Jane Hitchcock

— 

Pour les internautes, vouloir combattre les théories du complot dans les écoles tiendrait lui-même du complot (photo d'illustration).
Pour les internautes, vouloir combattre les théories du complot dans les écoles tiendrait lui-même du complot (photo d'illustration). — 20 Minutes

Esprit d’Orwell, quand tu nous tiens. Alors que la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem présidait ce mardi une journée d’étude sur la lutte contre les théories du complot, de nombreux internautes de 20 Minutes ont réagi à propos de cette action du gouvernement. Ils laissent entendre que, comme pour David Vincent, le cauchemar ne fait que commencer. Voilà pourquoi il est si difficile de convaincre les amateurs de complots qu’ils se trompent (peut-être?).

>> A lire aussi : Comment l’Education nationale veut contrer les théories du complot

1- Parce que c’est louche, non ?

« C’est vrai qu’il circule pas mal d’hypothèses farfelues comme celles de dire que la terre est plate ou que les dinosaures n’ont jamais existé. Mais ces idées sont conçues pour décrédibiliser le travail de recherche de personnes qui se posent, elles, de véritables questions. » Paul, 21 ans, en école de commerce à Montpellier, s’exprime librement au téléphone, bien en dehors de la page Facebook du journal. « Sur Internet, on trouve de tout et on peut devenir parano mais ces conceptions, pour moi, sont futiles par rapport aux sujets, sérieux, comme les attentats du 11-Septembre, qui laissent place au doute. » Car l’étudiant n’y croit pas, à ces attaques. Il met en garde : « L’Etat veut lutter contre les complotistes mais je trouve que c’est très grave de vouloir museler ceux qui s’interrogent », comme lui. « Cela ne fera qu’amplifier les suspicions et je pense que cette action va se retourner contre le gouvernement. »

2 - Parce que c’est un moyen de détourner l’attention

Grégory, 33 ans et intérimaire dans le Nord-Pas-de-Calais, voit dans les mesures contre les théories du complot… un complot. « Cette lutte n’est-elle pas un moyen pour le gouvernement de vouloir garder le contrôle sur la population, sur nos libertés de penser et d’expression ? ! » Il se demande, par exemple, si l’état d’urgence instauré depuis les attentats de novembre « sert vraiment à combattre le terrorisme ou s’il n’est pas un prétexte pour assigner à résidence toutes les personnes dangereuses pour l’Etat ». L’agent de logistique reconnaît avoir été taxé de « complotiste » par d’autres internautes, « sur des forums de discussion ». Pour lui, cette annonce « fumeuse » éclipse les vrais combats, que sont « le chômage, la précarité, la baisse du pouvoir d’achat… » Comme Christophe qui assure sur Facebook : « Faire taire les autres voix pour ne laisser que celle du gouvernement, ça s’appelle une dictature, tout simplement ! »

3- Parce que y a que la vérité qui fâch-euh

Noé suit sa logique : « A quoi ça sert de perdre du temps sur ce sujet, si [les théories du complot] sont fausses ? ». Antonio dénonce : « C’est parce qu’ils ont quelque chose à nous cacher ». « C’est le nouvel ordre mondial qui arrive », pronostique Mathilde (qui aime les émoticônes d’aliens). Quant à Davy, la question essentielle qui doit se poser à tous est celle-ci : « Pourquoi croire ce qu’on apprend à l’école puisqu’un siècle plus tard, on apprend que ce qu’on a appris, c’étaient des conneries [sic] ».

Oui, la lutte ne fait que commencer…