Stéphane Le Foll et Manuel Valls lors d'une rencontre avec les représentants de la grande distribution le 8 février 2016 à Matignon à Paris
Stéphane Le Foll et Manuel Valls lors d'une rencontre avec les représentants de la grande distribution le 8 février 2016 à Matignon à Paris — PATRICK KOVARIK AFP

CRISE AGRICOLE

Face à la grande distribution, Manuel Valls accuse la Commission européenne

Les principaux acteurs de la grande distribution ont été reçus ce lundi à Matignon…

Faire « le point sur la crise agricole », voilà ce qui a motivé la tenue d’une réunion ce lundi, à Matignon, entre Manuel Valls et les dirigeants du secteur de la grande distribution. Cette rencontre intervient alors que les protestations d’agriculteurs, mécontents notamment des prix pratiqués par les grandes enseignes, se multiplient.

C’est le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, vivement critiqué par les agriculteurs, qui a suggéré cette rencontre, selon son entourage. Emmanuel Macron (Economie) sera aussi présent. Des dirigeants d’Auchan, de Carrefour, de Casino, Lidl ou encore Système U seront aussi présents. Le gouvernement, dans la ligne de mire des éleveurs en crise, cherche à impliquer la grande distribution en les appelant à la « responsabilité » sur les prix.

>> Pourquoi les agriculteurs sont en colère

« faire trop peu ou trop tard »

Face aux patrons de ces grandes enseignes, le Premier ministre a accusé lundi la Commission européenne de « faire trop peu ou trop tard » pour résoudre la crise agricole, marquée par des baisses de cours, à l’issue d’une rencontre avec les représentants de la grande distribution. « Nous avons débloqué des mesures d’urgence depuis le début de la crise mais la crise est aussi européenne », a fait valoir le Premier ministre, demandant à la Commission d'« activer les pouvoirs dont elle dispose en cas de crise ».


Depuis quelques jours, les agriculteurs en colère ont commencé à cibler les grandes et moyennes surfaces de l’ouest - Ille-et-Vilaine, Sarthe, Finistère et Morbihan - pour dénoncer les marges pratiquées à leurs dépens et le manque de transparence sur l’origine des viandes.

>> Crise des éleveurs : La menace plane sur la grande distribution en Bretagne

Cette opération « zéro chiffre d’affaires » vise principalement Carrefour, Leclerc, Casino et Auchan. Pour la seconde semaine, les éleveurs de porcs et de bœufs et les producteurs de lait, trois filières dont les cours se sont effondrés en 2015 pour passer sous les coûts de production, sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et désespoir, bloquant les routes et brûlant des pneus, au prix d’affrontements parfois musclés avec les forces de l’ordre.

La rallonge de 125 millions d’euros aux 700 millions du plan d’aide aux éleveurs, annoncée la semaine dernière, ne les a pas convaincus.