Patricia, l’autre accusée de l’affaire Cahuzac

JUSTICE L’ex-femme du ministre du Budget comparaît, elle aussi, ce lundi au tribunal de Paris pour « fraude fiscale »…

Vincent Vantighem

— 

Illustration Palais de justice à Paris.
Illustration Palais de justice à Paris. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Pas de photo. Encore moins d’interview. Pas même une petite déclaration publique depuis que « l’affaire » a éclaté fin 2012. Patricia Cahuzac devrait rompre, ce lundi devant le tribunal de grande instance de Paris, le silence auquel elle s’est astreinte depuis la révélation du compte caché de son ex-époux. Jugée, elle aussi, pour « fraude fiscale », elle retrouvera Jérôme Cahuzac sur le banc des prévenus.

>> Les faits : Les Cahuzac jugés, ce lundi, pour « fraude fiscale »

Les histoires d’amour finissent mal en général. Impossible de savoir comment se comporteront les anciens époux qui se vouent désormais une haine viscérale. « Je peux juste vous dire qu’elle assumera, devant les juges, ce qu’elle a fait, confie à 20 Minutes, Sébastien Schapira, l’avocat de Patricia Cahuzac qui a aujourd’hui repris son nom de jeune fille, Ménard. Comme elle l’a toujours assumé… »

Un compte sur l’Ile de Man crédité de 2,5 millions d’euros

Pas exactement. Quand les enquêteurs ont débuté les auditions, cette dermatologue de formation a commencé à nier. Lasse, devant les preuves accablantes, elle a fini par avouer qu’elle avait, elle aussi, souscrit un compte à l’étranger pour échapper au fisc. Non pas en Suisse comme son époux. Mais sur l’Ile de Man. Avec 2,5 millions d’euros au compteur, celui-ci affichait un crédit quatre fois supérieur à celui de Jérôme.

>> Patricia Cahuzac avoue avoir un compte sur l’Ile de Man

Car « sophistiquée », la fraude était aussi et surtout « familiale », selon les juges d’instruction. Les deux spécialistes de la chirurgie capillaire s’étaient-ils mis d’accord pour disperser leurs avoirs des deux côtés de la Manche ? Ont-ils ouvert chacun leur compte séparément sans rien dire à l’autre ? L’enquête n’a pas permis de le déterminer.

« Comment a-t-il pu me faire ça ? »

En revanche, elle a permis de mettre à nu les petites vengeances d’un couple en pleine déliquescence. Sollicitant les services d’un détective privé pour enquêter sur son ex, Patricia Cahuzac n’a pas hésité à imiter la signature de son mari sur un chèque pour qu’il acquitte lui-même – et sans le savoir – les frais d’enquête sur son propre compte.

>> Chien d’aveugle, montre en or, et chèque douteux : Les autres mensonges des Cahuzac

Œil pour œil, dent pour dent, Patricia apprendra aussi au cours de l’enquête que Jérôme avait embarqué, au moment de faire ses valises, la montre Boucheron en or qu’il lui avait pourtant offerte des années auparavant. « Comment a-t-il pu me faire ça ? », a-t-elle réagi devant les enquêteurs, d’après le livre enquête de Mathieu Delahousse (Code Birdie, Flammarion).

Les deux époux ayant avoué les faits et commencé à rembourser leurs arriérés au fisc, il ne reste finalement qu’une seule et unique question à laquelle le procès pourrait répondre. Jérôme Cahuzac est-il tombé de son piédestal ministériel à cause d’une vengeance de Patricia ? Le tribunal a prévu six jours d’audience pour le déterminer.