Vidéo d’un viol présumé sur Snapchat : La jeune femme n’était pas consentante

FAITS DIVERS Elle avait d'abord évoqué « un rapport consenti » et refusé de porter plainte. Elle affirme aujourd’hui n’avoir jamais donné son accord pour figurer dans de telles scènes : ni avant, ni pendant la relation…  

Fabrice Pouliquen

— 

Icône de Snapchat sur un smartphone.
Icône de Snapchat sur un smartphone. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Il y a un mois, la vidéo amateur était devenue virale quelques heures seulement après sa diffusion sur Snapchat puis les autres réseaux sociaux. Deux jeunes garçons y filmaient les insultes, humiliations et sévices sexuels qu’ils avaient fait subir à une Perpignanaise de 19 ans lors d’une soirée alcoolisée dans la nuit du 2 janvier.

Elle n’a jamais donné son accord

Alertée par les internautes, la police avait rapidement interpellé les deux auteurs présumés de la vidéo, mis en examen pour « viol et diffusion d’une vidéo à caractère pornographique sur les réseaux sociaux ». Mais la jeune victime avait dans un premier temps évoqué « un rapport consenti » et refusait de porter plainte.

Elle est depuis revenue sur ses propos, indique Metronews. Contrairement à ce qu’elle a pu d’abord déclarer aux enquêteurs pour protéger les deux suspects, elle n’était en réalité pas consentante. Elle n’aurait en effet jamais donné son accord pour figurer dans de telles scènes : ni avant, ni pendant la relation, précise le site Internet.

Une information judiciaire en cours

Fortement alcoolisée au moment des faits, la victime dit n’avoir aucun souvenir des sévices sexuels imposés par ces deux hommes qu’elle connaissait de longue date mais dont aucun n’était son petit ami. Bien qu’elle n’a pas porté plainte, une information judiciaire a tout de même été ouverte pour « viol en réunion, enregistrement d’images d’un viol en réunion et atteinte à la vie privée.

Joint par Metronews, le procureur assure que les « expertises médicales, informatiques, toxicologiques, psychologiques » visant à déterminer « si ces relations ont été intégralement et librement consenties », « suivent actuellement leur cours ».