VIDEO. Chômage: El Khomri n'exclut pas une dégressivité des allocations

EMPLOI Avec l’explosion du chômage, la dette de l’assurance chômage devrait atteindre 29,4 milliards d’euros fin 2016...

M.C. avec AFP

— 

Myriam El Khomri sur BFMTV le 31 janvier 2016.
Myriam El Khomri sur BFMTV le 31 janvier 2016. — BFMTV

Il faut que la durée d'indemnisation soit «un temps plus utile», pour Myriam El Khomri. La ministre du Travail a estimé dimanche que « toutes les pistes » devaient être étudiées pour négocier les nouvelles règles de l’assurance chômage, y compris la dégressivité des allocations, précisant que le gouvernement « prendrait ses responsabilités » en l’absence d’accord entre partenaires sociaux.

« La dégressivité avait été mise en œuvre de 1992 à 2001, elle n’a pas montré, d’après les études, que ça avait joué un rôle sur les personnes les plus en difficulté, a relevé la ministre sur BFMTV. Il faut regarder les choses de façon non passionnée et mettre en œuvre cette nouvelle convention pour favoriser le retour à l’emploi ».

«Pourquoi nous n’arrivons pas à former plus de demandeurs d’emploi ?»

L’actuelle convention de l'assurance chômage court jusqu’au 1er juillet et les partenaires sociaux doivent entamer leurs tractations à la mi-février. Avec l’explosion du chômage, la dette de l’assurance chômage devrait atteindre 29,4 milliards d’euros fin 2016.

>> A lire aussi: Myriam El Khomri tente de se justifier après s’être fait piéger sur le CDD

Lors de la négociation sur une nouvelle convention, les partenaires sociaux devront « travailler sur une diminution de la dette », mais la négociation « ne doit pas être que financière, elle doit permettre un retour à l’emploi », a fait valoir Myriam El Khomri.

>> A lire aussi: Les cinq annonces du «plan d’urgence» pour l’emploi présenté par François Hollande

En présentant son plan pour l’emploi le 18 janvier, François Hollande avait souligné qu’en France « la durée d’indemnisation est la plus longue d’Europe », mais que la « durée de formation des chômeurs » était « la plus courte ». « Pourquoi nous n’arrivons pas à former plus de demandeurs d’emploi ? Il faut que le temps soit un temps plus utile qui permette d’améliorer les choses », a commenté la ministre du Travail.