Les bibliothèques universitaires passent aux horaires extra-larges

EXCLUSIF Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon annoncent ce lundi le plan «Bibliothèques ouvertes», que dévoile «20 Minutes»…

Delphine Bancaud

— 

La bibliothèque inter-universitaire de Jussieu à Paris
La bibliothèque inter-universitaire de Jussieu à Paris — KROD/Sipa

Pas évident de réviser un partiel chez soi quand on habite un microscopique studio. Ou de travailler à plusieurs quand on n’a pas de lieu pour se réunir. Et pour l’heure, les bibliothèques universitaires (BU) ne sont pas toujours en phase avec les moments où les étudiants aimeraient y plancher. Pour remédier à cet écueil, la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur, Thierry Mandon, présentent ce lundi le plan « Bibliothèques ouvertes » à l’université d’Evry-Val-d’Essonne. 20 Minutes dévoile en avant-première ce qu’il va changer pour les étudiants.

Pourquoi la France est-elle mauvaise élève en matière de BU ?

Seulement 19 % des BU ouvrent après 20 h, 38 % d’entre elles n’ouvrent pas du tout le samedi (et 27 % seulement le matin) et 96 % sont fermées le dimanche. Une situation contrastée selon les villes ; l’amplitude horaire des BU parisiennes est par exemple, jugée insuffisante par les étudiants. Les étudiants ne sont pas non plus assurés d’y trouver une place assise. Car le nombre de places assises augmente moins vite que le nombre d’étudiants (+1,7 % de places entre 2011 et 2014 contre +4,5 % d’étudiants). Au final, à titre de comparaison, les BU françaises ouvrent en moyenne 61 heures par semaine contre 69 heures en moyenne en Allemagne. Ce qui ne joue pas en faveur de la réussite estudiantine hexagonale.

>> A lire aussi : Les universités mises au défi d’accueillir un flux record d’étudiants

Quels seront les nouveaux horaires des BU ?

Le plan « Bibliothèques ouvertes » prévoit qu’au moins une BU soit ouverte dans chaque université jusqu’à 22h du lundi au vendredi et le samedi après-midi. Toujours dans le but de mieux correspondre au rythme de travail des étudiants, au moins une BU sera ouverte dans chaque université pendant les périodes de révision (vacances de Noël et de printemps). Et finies les grasses matinées dominicales pour certains, car dans 40 grandes villes, au moins une BU dans chaque université sera accessible le dimanche après-midi.

Les étudiants devront-ils toujours autant patienter pour trouver une place ?

A priori non, car le plan prévoit que les BU se dotent de dispositifs de comptage des places disponibles et d’évaluation du temps d’attente avant d’accéder à un poste assis. Ce système devrait aussi bientôt être consultable en ligne et via une application smartphone.

Quand seront mises en place ces nouveautés ?

Le plan « Bibliothèques ouvertes » s’étalera de 2016 à 2019 et sera mis en œuvre progressivement. Najat Vallaud-Belkacem lancera fin février un appel à projets auprès des universités et s’engage d’ores et déjà à soutenir financièrement leurs efforts pour améliorer le fonctionnement des BU : 12,7 millions d’euros seront ainsi investis sur la période 2016-2019 pour aider les facs à recruter des vacataires, à payer les dépenses de gardiennage liées aux nouveaux horaires et à financer le nouveau système de comptage. Les projets soutenus seront sélectionnés en mai, pour que le plan « bibliothèques ouvertes » puisse commencer à entrer en vigueur à la rentrée universitaire 2016.