Après le PS, l'Assemblée et Urvoas, Anonymous attaque le ministère de la Justice

INTERNET Le groupe Anonymous a fait tomber en panne ce vendredi le site du ministère de la Justice, après s'en être pris à celui du remplaçant de Christiane Taubira…

R.L.

— 

Un militant portant le masque Anonymous face à la Maison Blanche, le 5 novembre 2015
Un militant portant le masque Anonymous face à la Maison Blanche, le 5 novembre 2015 — Paul J. Richards AFP

Après le Parti socialiste, l’Assemblée nationale et le nouveau garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, le groupe Anonymous a fait tomber ce vendredi le site du ministère de la Justice.

« L’état d’urgence […] commet des abus »

Dans une vidéo publiée mardi sur YouTube - après l’attaque contre le PS - le groupe s’est expliqué : « L’état d’urgence dans lequel le pays a été mis par le gouvernement de François Hollande commet des abus, nous entendons par là des assignations à résidence, perquisitions et arrestations non fondées, et cela même quand ce sont des opposants écologistes au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, eux qui n’ont rien à voir avec les terroristes pour lesquels cet état d’urgence a été créé. »

Selon Le Monde, les Anonymous protestent aussi « contre l’atteinte à la vie privée que pratique l’Etat français à l’égard de ses citoyens » et considère que le terrorisme est utilisé comme une « excuse pour nous tromper, pour mieux nous surveiller, nous endormir et nous contrôler »