Comment les YouTubeuses mode et beauté sont devenues les nouvelles faiseuses de tendances

TENDANCE Elles ont détrôné les magazines féminins dans le cœur des 15/24 ans, selon une étude publiée ce mercredi…

Anissa Boumediene

— 

EnjoyPhoenix à Paris en avril 2014. Lancer le diaporama
EnjoyPhoenix à Paris en avril 2014. — AFP PHOTO / JOEL SAGET

Si elles décident que c’est un must have, alors c’est un must have. Avec leurs millions de followers sur les réseaux sociaux, les YouTubeuses sont devenues les nouvelles prescriptrices de tendances en matière de mode et de beauté chez les 15/24 ans. Loin devant les magazines féminins, les chanteuses ou encore les actrices, selon une étude NPA dévoilée ce mercredi.

Présentes sur les bons médias

Enjoy Phoenix, Je ne suis pas jolie, Sananas : si ces pseudos ne vous disent rien, c’est à coup sûr parce que vous n’êtes pas une fille de moins de 24 ans. Jeunes, jolies, et passées maîtresses dans l’art du tuto, du vlog, et autres hauls, les YouTubeuses stars, en bonnes digital natives, ont tout compris de ce qui plaît aux jeunes filles et ont damé le pion au reste du monde avec leur audience record en ligne.

>> A lire aussi: Enjoyphoenix pour les nuls

A elle seule, Marie Lopez, alias Enjoy Phoenix, cumule près de 8 millions de followers sur les réseaux sociaux. Soit plus que Lily-Rose Depp, Leïla Bekhti et les magazines Elle, Glamour, Grazia, Marie-Claire, Cosmo et Biba réunis. La claque. Et elle n’est pas la seule.

Avec leurs millions de followers sur les réseaux sociaux, les YouTubeuses stars devancent de loin les magazines féminins. - La Factory NPA

 

Présentes sur YouTube, Snapshat ou encore Instagram, elles ont su investir avant les autres les réseaux sociaux qui ont la préférence des 15/24 ans, hyperconnectées (84 % se connectent au moins une fois par jour à YouTube), avec un ton et des formats qui font mouche. « Les YouTubeuses ont le même âge que leurs fans, parlent comme elles. Elles ont trouvé un positionnement unique face aux médias traditionnels et ont su créer un nouveau canal de communication », explique Xavier Campo, de la Factory NPA.

Une relation privilégiée avec leurs fans

Pour les communautés de followers, une YouTubeuse, c’est un peu la bonne copine qu’on a envie d’avoir, celle qui est toujours de bon conseil, bien habillée, bien maquillée et toujours sympa. « Elles ont su établir une relation privilégiée avec leurs fans, basée sur la confiance et l’échange », analyse Xavier Campo.

Et des followers, ça se bichonne, pas question de les snober. « C’est un boulot à plein-temps. Elles prennent vraiment le temps de répondre à leurs fans sur les réseaux sociaux ». Là où le pourcentage de retweets et de réponses flotte « entre 2 et 7 % de la part des magazines féminins, il dépasse les 50 % chez les YouTubeuses », poursuit-il. Avec smileys et petits noms affectueux en prime.

Des porte-marques de haut rang

Du coup, quand une YouTubeuse star vante les mérites d’un vêtement ou d’un produit cosmétique, ça fait des émules dans la communauté et nombreuses sont celles chez qui l’envie d’acheter la même chose est titillée. Près de 9 sondées sur 10 ont ainsi déclaré avoir déjà fait des achats après avoir visionné une de ces vidéos YouTube. Et près de 82 % d’entre elles y voient un avis utile ou un bon conseil.

Pas dupes, les marques ont bien repéré que les YouTubeuses étaient les nouvelles prescriptrices de tendances, et ont compris comment tourner le phénomène à leur avantage. « Les annonceurs multiplient les collaborations avec elles, avec des opérations one shot ou des partenariats sur le long terme, en complément de campagnes publicitaires classiques », indique Xavier Campo. A linstar de la reine du genre, EnjoyPhoenix, qui a signé une collection spéciale pour la marque Bénéfit et une collaboration au long cours avec Gemey Maybelline.