Anonymous fait tomber le site de l'Assemblée nationale

PIRATAGE Mardi, le collectif de hackers s’en était déjà pris au site du Parti socialiste, déclenchant la colère de Jean-Christophe Cambadélis…

N.Beu.

— 

Compte Twitter de l'Assemblée nationale, le 27 janvier 2016.
Compte Twitter de l'Assemblée nationale, le 27 janvier 2016. — TWITTER

Après le site du PS, Anonymous a fait tomber celui de l’Assemblée nationale. Ce mercredi, en fin de matinée, le site des députés s’est en effet retrouvé temporairement inaccessible, relève Le Monde, à la suite d’une attaque revendiquée par le collectif de hackers. En début d’après-midi, il était toutefois de nouveau en ligne.


Les pirates informatiques ont eu recours à la technique classique du déni de service, c’est-à-dire qu’ils ont inondé le site de connexions jusqu’à le rendre indisponible, au moment où la commission des lois commençait ses auditions sur le projet de réforme constitutionnelle. Le site du Sénat et celui de Pôle emploi ont aussi été visés, mais ne sont pas tombés.

L’attaque a été revendiquée par Anonymous sur un compte Twitter lié au mouvement, selon Le Monde. Mardi, déjà, le groupe s’en était pris au site du Parti socialiste. Sur YouTube, il avait expliqué : « L’état d’urgence dans lequel le pays a été mis par le gouvernement de François Hollande commet des abus, nous entendons par là des assignations à résidence, perquisitions et arrestations non fondées, et cela même quand ce sont des opposants écologistes au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, eux qui n’ont rien à voir avec les terroristes pour lesquels cet état d’urgence a été créé. » Le Premier secrétaire du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, avait alors annoncé qu’il porterait plainte contre les auteurs de l’attaque.