Sécurité routière: La mortalité en hausse en 2015 pour la deuxième année de suite

ROUTES Pour la première fois en 35 ans, la mortalité sur les routes françaises augmente deux années de suite...

20 Minutes avec AFP

— 

Des voitures sur l'autoroute A9 à hauteur de Saint-Aunes-Odysseum passent le contrôle des radars
Des voitures sur l'autoroute A9 à hauteur de Saint-Aunes-Odysseum passent le contrôle des radars — Pascal Guyot AFP

La tendance s'inverse et se maintient... L'époque où la tendance évoluait à la baisse semble lointaine. La mortalité est « en hausse de 2,4 % avec 3.464 personnes tuées » sur les routes en 2015, un chiffre en augmentation pour la deuxième année consécutive, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve dans une interview à paraître mercredi dans Le Parisien.

>> A lire aussi: Les 22 mesures du gouvernement seront-elles vraiment efficaces?

« Le nombre d’accidents corporels a baissé de 3,6 % », ajoute le ministre. Pour la première fois en 35 ans, la mortalité sur les routes françaises augmente deux années de suite malgré un arsenal de mesures. En 2014, après douze années de baisse, la Sécurité routière avait déjà enregistré une hausse de +3,5 % par rapport à 2013, soit 3.384 morts.

«Rien ne peut se substituer à la responsabilité individuelle»

En 2015, «le nombre d'accidents diminue, le nombre d'accidents graves diminue, le nombre de personnes hospitalisées diminue mais le nombre d'accidents mortels augmente», avait déjà observé Bernard Cazeneuve, interrogé dimanche sur France 5.

Rien de surprenant pour les spécialistes qui ont noté une augmentation des bilans mensuels publiés par la Sécurité routière: sur les onze premiers mois, la hausse était de 2,1% par rapport à la même période en 2014, soit un total 3.164 tués et 66 victimes de plus. «L'Etat prend des précautions, il multiplie les contrôles mais rien ne peut se substituer à la responsabilité individuelle», avait martelé Bernard Cazeneuve.

Des tests salivaires dans 11 départements

Et en la matière, les mesures prises ont été prolifiques en 2015 avec, entre autres, l'abaissement de 0,5 g/l à 0,2 g/l du taux légal d'alcoolémie pour les conducteurs novices, la possibilité pour les maires d'abaisser la vitesse sur tout ou partie de leur agglomération à 30 km/h, la modernisation du parc de 4.200 radars, ou encore l'interdiction du port de l'oreillette au volant.

L'Etat avait également lancé l'expérimentation sur trois tronçons de l'abaissement de 90 à 80 km/h de la vitesse autorisée et les tests salivaires dans 11 départements pour dépister et lutter contre l'usage de stupéfiants.