BarakaCity: Vallaud-Belkacem répond à la polémique après «Le Supplément»

SOCIETE Idriss Sihamedi -président de l’ONG musulmane BarakaCity- a créé le malaise sur le plateau du « Supplément »…

R.L.

— 

Najat Vallaud-Belkacem, le  22/01/2016 à Paris.
Najat Vallaud-Belkacem, le 22/01/2016 à Paris. — CHAMUSSY/SIPA

Une réaction jugée insuffisante face aux propos du dirigeant de l'ONG musulmane. « Je ne vais pas vous dire : non, je ne condamne pas. Mais je suis gêné de la question », avait commenté au sujet des agissements du groupe Etat islamique Idriss Sihamedi - président de l’ONG musulmane BarakaCity - sur le plateau du Supplément créant ainsi un malaise avec Najat Vallaud-Belkacem. Cette dernière - accusée de ne pas avoir réagi suffisamment - a toutefois tenu à revenir sur la séquence dans le Parisien.

« Son attitude et ses propos se suffisaient à eux-mêmes »

« Mon premier mouvement, quand on m’a demandé si je souhaitais poursuivre la discussion, a été de répondre "non" sèchement. Car je refuse de me prêter à ce petit jeu nauséabond consistant à inviter des gens infréquentables pour faire du buzz. J’étais indignée de la tribune qu’on venait de lui donner. Le reste de ma réponse a été un rejet en bloc des propos tenus », explique-t-elle au quotidien.

« Aller au clash dans les trente secondes de temps de parole qui m’étaient offertes à la fin de son interview (je rappelle qu’il ne s’agissait pas d’un débat entre lui et moi mais d’une séquence de l’émission qui lui était consacrée) ? Non, car cela aurait été reconnaître une valeur à sa parole, lui donner beaucoup d’importance », ajoute-t-elle, précisant que « son attitude et ses propos se suffisaient à eux-mêmes : les téléspectateurs n’avaient pas besoin d’une explication de texte face à tant de sectarisme et de bêtise ».