Violences à Ajaccio: Plusieurs interpellations après l'agression de pompiers à Noël

ENQUETE Les interpellations, dont le nombre n'a pas été précisé, ont été effectuées dans le quartier sensible des Jardins de l'Empereur, sur les hauteurs de la ville...

B.D. avec AFP

— 

Des policiers patrouillent dans le quartier des «Jardins de l'Empereur», le 30 décembre 2015 à Ajaccio.
Des policiers patrouillent dans le quartier des «Jardins de l'Empereur», le 30 décembre 2015 à Ajaccio. — AFP

Deux hommes ont été interpellés lundi à Ajaccio dans le quartier où deux pompiers et un policier avaient été blessés dans un guet-apens la nuit de Noël.

Il s'agit de deux frères nés en 1989 et 1993 soupçonnés d'avoir participé au guet-apens. Ils ont été arrêtés dans le quartier sensible des Jardins de l'Empereur, sur les hauteurs d'Ajaccio.

Des perquisitions ont été effectuées par les policiers de la sécurité publique et de la police judiciaire dans plusieurs immeuble de cet ensemble à forte population maghrébine, sur commission rogatoire d'un juge d'instruction.

>> A LIRE. «On a vraiment frôlé la catastrophe», témoigne l'un des pompiers blessé

Plusieurs pompiers, appelés pour un faux incendie, avaient été blessés dans la nuit du 24 au 25 décembre. A bord de leur véhicule de secours, accompagné d'un véhicule de police, ils étaient tombés dans un guet-apens. Le camion des pompiers avait été caillassé par des hommes encagoulés criant, selon les témoignages des sauveteurs, «Corses de merde, vous n'êtes pas chez vous!»

Slogans racistes et dégradations

Les agresseurs avaient blessé plusieurs pompiers à coups de clubs de golf et de bâtons. Des plaintes ont été déposées. Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées le 25 décembre devant la préfecture d'Ajaccio pour dénoncer ce déferlement de violence.

Des manifestants s'étaient ensuite rendus aux Jardins de l'Empereur et dans d'autres quartiers à forte population maghrébine. Certains manifestants avaient scandé des slogans  racistes comme «Les Arabes, dehors» et des dégradations avaient été commises dans une salle polyvalente servant de salle de prière pour les musulmans.