Suicide à l’hôpital Georges-Pompidou: Un plan d'action va être mis en place

SANTE Les collègues du cardiologue décédé ont pointé du doigt le harcèlement moral dans l’institution médicale…

20 Minutes avec AFP
— 
Un homme patiente sur un brancard au service des Urgences de l'hôpital Beaujon de l'Assistance Public des Hôpitaux de Paris (APHP) le 21 Octobre 2008 à Clichy.
Un homme patiente sur un brancard au service des Urgences de l'hôpital Beaujon de l'Assistance Public des Hôpitaux de Paris (APHP) le 21 Octobre 2008 à Clichy. — MARTIN BUREAU / AFP

Le directoire de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé lundi un plan d’action pour « traiter les situations conflictuelles », après le suicide d’un médecin à l’hôpital européen Georges-Pompidou.

« Trop de situations de conflits interpersonnels s’enveniment à l’hôpital et nuisent durablement à la qualité des soins et à la qualité de vie au travail », écrit dans un communiqué l’organe de concertation chargé d’appuyer et de conseiller le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch.

>> Suicide à l’hôpital Georges-Pompidou : La question du harcèlement relancée

Ce plan dont la date de mise en place n’est pas déterminée, mais qui devrait intervenir « le plus rapidement possible », précise l’AP-HP, vise « d’une part à prévenir et d’autre part à traiter plus efficacement et plus rapidement ces situations ».

Il prévoit notamment de « mieux prendre en compte les compétences managériales avant d’investir des praticiens de responsabilité », écrit dans un communiqué le directoire à l’issue d’une réunion exceptionnelle consacrée au suicide d’un cardiologue sur son lieu de travail le 17 décembre.

Plus d’objectivité lors des nominations des chefs de service

« Il faut que les médecins qui ont des compétences médicales et scientifiques incontestées, mais peu d’aptitudes managériales, puissent avoir une reconnaissance autre que celle d’accéder à des responsabilités faites pour eux », explique-t-il.

Le plan prévoit également « davantage de garanties d’objectivité » dans la nomination des chefs de service, « en se réinterrogeant sur les procédures d’appel à candidatures et les critères de sélection ».

Il vise en outre à rétablir une « durée limitée au mandat de chef de service », éventuellement renouvelé après une évaluation « tenant compte de l’appréciation portée par l’équipe médicale et para-médicale sur le management ».

Le directoire estime aussi nécessaire « de mettre en place un dispositif d’identification des situations à risque au sein de chaque groupe hospitalier » et des procédures d’intervention qui « soient suivies de décisions ».