Déchéance de nationalité: Près de 9 Français sur 10 y seraient favorables

TERRORISME Les deux tiers jugeraient cette mesure compatible avec les valeurs de gauche...

20 Minutes avec AFP

— 

La Constitution française.
La Constitution française. — ASLAN/SIPA

Près de 9 Français sur 10 sont favorables à la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour terrorisme, les deux tiers jugeant cette mesure compatible avec les valeurs de gauche, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mardi soir.

86 % des Français interrogés se déclarent « tout à fait » ou « plutôt » favorables à cette mesure du projet de réforme constitutionnelle, un chiffre qui atteint 96 % chez les sympathisants des Républicains (LR) et 97 % chez ceux du Front national (FN).

Les sympathisants de la droite et du centre sont en moyenne 93 % à soutenir le projet de l’exécutif, contre 73 % à gauche.

Des disparités à gauche

Ce chiffre masque cependant d’importantes disparités : les sympathisants socialistes sont 83 % à le défendre, contre 59 % seulement des soutiens du Front de gauche (FG) et d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), selon l’étude.

Dans un précédent sondage Elabe pour BFMTV, réalisé les 17 et 18 novembre, soit moins d’une semaine après les attentats de Paris du 13 novembre, 94 % des Français interrogés s’étaient déclarés favorables à cette mesure.

>> Déchéance de nationalité : « L’exécutif fait preuve de myopie sondagière »

Deux tiers des Français (67 %) et trois quarts des sympathisants socialistes (74 %) estiment par ailleurs que cette mesure qui a créé un profond malaise dans les rangs de la majorité, n’est « pas contraire » aux valeurs de la gauche.

Seuls les sympathisants du Front de gauche sont une majorité (54 %) à estimer qu’elle est « tout à fait » ou « plutôt » contraire à ces valeurs. 66 % des soutiens de la droite et du centre et 59 % de ceux du FN la juge compatible. Enfin, 57 % des Français interrogés souhaitent être consultés par référendum sur la déchéance de nationalité.

>> Déchéance de nationalité : Pourquoi François Hollande pourrait recourir à un référendum

Le projet de réforme constitutionnelle, adopté par le Conseil des ministres le 23 décembre, sera examiné à l’Assemblée à partir du 3 février. Ce sondage en ligne a été réalisé les 28 et 29 décembre auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.